Life

A-t-on vraiment retrouvé le premier homme des cavernes homosexuel?

Slate.fr, mis à jour le 11.04.2011 à 16 h 38

Vendredi 8 avril, Slate.fr se penchait sur un article paru sur The Telegraph. On apprenait qu’un squelette datant de 5000 ans avait été retrouvé dans la banlieue de Prague. Des archéologues le décrivaient comme le premier homme des cavernes homosexuel car le corps était étendu dans une posture traditionnellement réservée aux femmes. Il était aussi entouré de pots habituellement installés autour des corps des femmes et aucune arme de guerre n’avait été retrouvée à proximité.

«Nous avons trouvé une tombe très spécifique d’un homme étendu dans la position d’une femme, sans mobilier funéraire précisant le sexe, ni bijoux, ni armes», avait alors déclaré Kamila Remisova la directrice des fouilles.

La chercheuse parlait alors de «troisième sexe», ni homme, ni femme mais une combinaison des deux.

Certains chercheurs ont réagi à ces propos, rapporte le site livesciences.com, contestant à la fois qu'il s'agisse d'un homme des cavernes et d'un homosexuel. Kristine Killgrove, anthropologue à l’université de Caroline du Nord explique dans son blog: 

«Si cette sépulture représente une personne transgenre (si cela était possible), cela  ne veut pas nécessairement dire que la personne avait une “orientation sexuelle différente” et ne veut certainement pas dire non plus qu’il se serait considéré lui-même comme “homosexuel”.»

Selon ces chercheurs, qualifier cet  homme d'«homosexuel» est une vision simpliste des choses.

John Hawks, paléoanthropologue à l’université de Wisconsin, soutient cette thèse et déclare:

«Je n’ai vu aucune preuve qui m’a réellement convaincu que le squelette était celui d'un homme. Cela est possible, mais la photo ne me convainc pas sur ce point et je n’ai vu aucun test ADN.»

Selon le site internet livescience.com, après la confirmation du sexe, la seconde étape consisterait à déterminer le nombre de sépultures identiques retrouvées par les archéologues. 

La possibilité de «troisième sexe» n’est pas écartée, mais il existe d’autres interprétations. En effet, certaines cultures enterrent de manière inhabituelle les individus qu’elle considère comme communiquant avec le monde des esprits.

De plus, selon Rosemary Joyce, anthropologue à l’université de Berkeley (Californie), les sépultures de troisième genre devraient avoir leur propre modèle, indépendamment des tendances mises en place pour les hommes ou les femmes.

Enfin, le corps retrouvé date d’il y a 2800 à 2500 av JC, ce qui correspond à la période néolithique; cet homme ne vivait donc pas dans les cavernes.

Selon Monty Dobson de l’université du Missouri, «il n’y a simplement pas assez de données pour faire une déclaration définitive».

Photo: Skeleton head / llamnudds licence CC

Slate.fr
Slate.fr (9125 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte