Life

Les femmes ont pris la grosse tête en 300 ans

Slate.fr, mis à jour le 08.04.2011 à 19 h 07

Des recherches récentes ont prouvé que les crânes humains avaient grossi ces dernières 300 années, relate le Christian Science Monitor. Plus précisément, même si les crânes d'hommes et de femmes ont grossi, la différence de taille entre les deux n'a fait que diminuer pendant cette période, comblant l'écart entre les deux sexes.

Les recherches ont été menées par Ann Ross, de l'université de Caroline du Nord, Douglas Ubelaker, du Museum national d'histoire naturelle, et par Eric Kimmerle, de l'université de sud Floride.

Ils ont examiné plus de 200 crânes espagnols venant de deux collections: l'une ayant été amassée par un médecin au XIXe siècle, l'autre venant d'un cimetière, lieu de fouille datant du XVIe et XVIIe siècle.

Selon Ann Ross, anthropologiste et directrice de l'étude, plusieurs facteurs peuvent expliquer le changement observé: une évolution de la nutrition, des conditions de vie, ainsi que l'influence génétique des populations dont venaient les crânes, par exemple.

Aider à l’identification des corps

Les chercheurs ont aussi comparé leurs découvertes avec une collection de crânes portugais du XIXe siècle.

Les résultats de ces deux recherches pourront aider les anthropologues légistes: on leur demande souvent d'identifier des restes humains, et de faire la distinction entre homme et femme grâce au crâne seul.

Comme les séries de crânes présentaient des caractéristiques très similaires, les chercheurs en ont également déduit que les théories qu'ils appliquaient jusque-là aux restes découverts en Espagne peuvent s'appliquer de la même manière au Portugal, raconte MSNBC. Cela permettrait par exemple d'étudier les évolutions de population, voire d'«aider un enquêteur à identifier un corps sur la base d'un squelette partiel».

Douglas Ubelaker, consultant pour ces cas d'identification de squelettes, pense que «grâce aux bases de données sophistiquées que l'on peut construire à l'aide de ces échantillons, nous aurons les informations nécessaires pour prendre les bonnes décisions quand les médecins légistes nous appellent».

Photo: Rockabelle / *Saffy* via Flickr CC License by

Slate.fr
Slate.fr (9125 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte