Monde

Peut-on enterrer les morts de Fukushima?

Slate.fr, mis à jour le 07.04.2011 à 13 h 30

Que faire des 1.000 corps trouvés près de l’usine de Fukushima après la catastrophe qui a frappé le Japon?

Le China post souligne que la population japonaise enterre ses morts dans des tombes de fortune. Les réserves de gaz et de fuel diminuent, ce qui oblige la population à abandonner la crémation pour le simple enterrement dans des cercueils en contreplaqué ou entourés d’une bâche en plastique. Or, rappelle msnbc.com ces corps ont été exposés à des radiations intenses, ce qui les rend potentiellement dangereux à manipuler ou à déplacer. Existe-t-il une solution?

Le ministère japonais de la Santé, du Travail et des Affaires sociales ne s’est pas encore exprimé sur la question. Depuis la catastrophe, des équipes tentent de minimiser les conséquences en refroidissant les réacteurs ou comme ce mercredi 6 avril en bouchant la fuite d’eau radioactive dans l’océan. Or les explosions, incendies et fuites d’eau ont contaminé les habitants de la région alentour mais aussi les morts.

«C’est une question préoccupante que l’AIEA et les autres organisations dépendantes de l’ONU ont tenté de clarifier en s'informant auprès du Japon», a déclaré Dana Sacchetti, une porte-parole de l’AIEA.

Le centre pour le contrôle des maladies, cité par le conseil national sur la sécurité radioactive aux Etats-Unis dans un rapport de 1.000 pages, préconise l’enterrement profond d’un conteneur scellé portant le symbole «radioactif». En effet, il n’existe pas actuellement de mode de décontamination d’un organisme contaminé à l’extérieur seulement. « S’il s’agit d’une contamination de surface, et c’est probablement ce qui s’est passé… Normalement vous pouvez laver le corps,  l’essuyer pour ensuite ôter ses vêtements afin de supprimer la contamination», explique Kathryn Highley, chef du département de génie nucléaire et des radiations physiques à l’université de l’Oregon. Cependant de nombreux problèmes persistent. Fin mars, un corps retrouvé à Okuma (10km de la centrale n°1 de Fukushima) était tellement radioactif qu’il n’a pas été possible de l’enterrer, raconte le site internet Action des citoyens pour le désarmement nucléaire, se référant à une source japonaise.

Au-delà des questions de sécurité, la sépulture a de l'importance dans la société japonaise. Dans la tradition, les corps doivent être incinérés (l’énergie du karma est libérée, ce qui conduit à la renaissance future, il y a 91 millions de bouddhistes). Les autorités ont donc affirmé que les corps seront déterrés et incinérés lorsque la situation le permettra. Cependant, un problème persiste: il est important dans la tradition japonaise d’être enterré dans le tombeau familial.

Autre difficulté, le corps humain commence à se décomposer dès les premières semaines, ce qui rend déjà les choses plus compliquées et qui fait dire à certains chercheurs qu'enterrer les victimes de Fukushima est d’ores et déjà impossible. L'identification des victimes sera également compliquée.

photo: radiation warning symbol /Public Domain


Slate.fr
Slate.fr (9125 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte