Culture

Un compositeur américain veut utiliser la tour Eiffel comme instrument

Slate.fr, mis à jour le 06.04.2011 à 10 h 42

Selon Artsbeat, le blog culturel du New York Times, le compositeur américain Joseph Bertolozzi a obtenu l’autorisation d’utiliser «la tour Eiffel comme un gigantesque instrument de musique» de la société qui l’exploite. «Il a voyagé à Paris cet automne pour présenter son projet et il a reçu une lettre d’autorisation le mois dernier», explique le quotidien.

Bertolozzi, qui a notamment créé dans le passé une composition en utilisant en guise de percussions le pont Franklin D. Roosevelt, dans l’Etat de New York, entend faire de même avec la tour Eiffel, avec pour objectif à terme de jouer son œuvre live dans la tour en 2014, année de son 125e anniversaire. D’après le New York Times, néanmoins, la société d’exploitation de la tour Eiffel s’est dite ouverte à l’idée d’un concert mais n’a pas fait de promesses sur le sujet.

Selon le site officiel de Bertolozzi, elle aurait en tout cas été séduite par ses promesses de respecter «l’intégrité de la structure» du monument. Dans une autre note de son site, l’artiste explique comment lui est venue l’idée:

«L’idée du projet Tower Music m’est venue en 2004 quand ma femme, tout en mimant la façon dont je jouais des percussions pour mon projet The Bronze Collection [une composition utilisant un assemblage d'une cinquantaine de gongs et cymbales, NDLR], a pointé du doigt un poster de la tour Eiffel alors qu’elle jouait du gong. Bien sûr! Tout vibre! Pourquoi pas la tour Eiffel? Tout ce que j’aurais à faire serait de localiser où se situent les différentes notes ou sons, et à les jouer comme on jouerait de n’importe quel instrument.»

Dans un article publié à l’hiver 2007 par la revue des anciens élèves de l’université de Vassar, par laquelle il est passé, le musicien détaillait aussi l’aspect romantique de son projet (il a pour la première fois rencontré et embrassé son épouse dans la tour Eiffel) ainsi que les petits obstacles qu’il a rencontrés au début (il ne parlait pas français et n’avait pas de relations à Paris).

Des difficultés qui expliquent qu’il ait d’abord voulu tenter l’expérience aux Etats-Unis. Dévoilé en 2009, le projet Bridge Music y a mobilisé 22 musiciens et des fonds des organismes de tourisme locaux et de sponsors.

Photo: la tour Eiffel. Al Ianni via Flickr CC License by.

Slate.fr
Slate.fr (9125 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte