Life

Des scientifiques se lancent dans un voyage au centre de la Terre

Slate.fr, mis à jour le 05.04.2011 à 9 h 51

gnews pics/Flickr

gnews pics/Flickr

Le Costa-Rica va accueillir une équipe de géologues durant deux mois, à partir du 13 avril. Ils exploreront la zone côtière du petit pays d'Amérique centrale afin de sonder sa zone pacifique pour une possible expédition de forage, raconte le quotidien costaricien La Nacion.

Le projet, impulsé par les Etats-Unis, s'intègre dans un programme intitulé IODP (pour Integrated Ocean Drilling program, programme de forage océanique). Il a pour objectif d'étudier la couche terrestre là où personne n'est encore allé. A plus de 2 km de profondeur sous les eaux profondes de l'océan pacifique.

Les deux scientifiques responsables de cette aventure, Damon Teagle, de l'université de Southampton et Benoît Ildefonse de l'université de Montpellier, espèrent ainsi apporter de nouvelles connaissances sur l'origine et les évolutions de la Terre depuis sa formation.

«Il y a plusieurs questions fondamentales à propos de l'évolution de la terre à laquelle nous pourrons répondre dès que nous comprendrons complètement la structure de la croûte terrestre, l'interface entre le manteau supérieur et la croûte (connue sous le nom de Moho) et ensuite aussi la nature du manteau lui-même», témoigne Damon Teagle à la BBC.

Pourquoi le Costa-Rica, se questionne le quotidien la Nation? «L'écorce océanique s'y est formée très rapidement, environ 20 centimètres par an. Elle est  beaucoup plus fine qu'ailleurs. C'est donc possible d'atteindre des zones assez profondes sans avoir à forer plus qu'il ne faut», répondent les scientifiques.

Ce défi, qui prendrait entre 18 mois et deux ans avant que l'opération n'atteigne la couche terrestre, avait été entrepris une première fois en 1961, mais n'avait abouti qu'à moitié. Seul un échantillon de la croûte océanique pu être extrait. John Steinbeck avait raconté cette mission dans un long reportage publié en 1961 par le magazine américain Life.

Mais 50 ans plus tard, les outils ont changé. Les géologues pourront ainsi bénéficier d'outils de grande qualité, dont le bateau Joides, une sorte de Belafonte –le fameux bateau utilisé dans le film La vie aquatique– mais en vrai.

Seule réserve toutefois à ce voyage au centre de la terre: que tous les instruments et outils utilisés pour extraire les échantillons de la roche magmatique résistent à des températures proches de 300°c.

Photo: gnews pics/Flickr

Slate.fr
Slate.fr (9125 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte