Monde

Un chercheur épinglé pour avoir cité Joyce dans un code ADN

Temps de lecture : 2 min

Peut-on citer un roman dans un code génétique? Le généticien Craig Venter, qui, en mai 2010, avait utilisé une citation de James Joyce dans l'ADN de sa bactérie Mycoplasma capricolum, la première dotée d'un code en partie artificiel, a reçu récemment une lettre des ayant-droits du romancier irlandais critiquant l'emploi qu'il en a fait, relate Forbes. Dans ce code génétique synthétisé, il avait en effet repris un passage du Portrait de l'artiste en jeune homme, afin d'identifier aisément l'ADN artificiel par rapport à l'ADN naturel de la bactérie: «To live, to err, to fall, to triumph, to recreate life out of life» («Vivre, se tromper, chuter, triompher, recréer la vie à partir de la vie»).

Il pensait, avec raison selon MSNBC, que cette utilisation tombait sous le «fair use», l'«usage acceptable» des textes d'auteurs selon la loi américaine (et équivalente à l'article L122-5 du code de la propriété intellectuelle français concernant le droit de citation). Le Joyce Estate, célèbre pour sa vigilance au regard de l'utilisation des textes de l'auteur, lui a pourtant envoyé un lettre exprimant sa déception de ne pas avoir été contacté à ce sujet.

Selon certains blogs et Forbes, il s'agissait d'une lettre de demande de retrait de la citation, mais d'autres sites évoquent simplement une lettre d'avertissement et expliquent que le Joyce Estate n'a pas engagé d'action en justice.

Photo: genebank2. CIAT International Center for Tropical Agriculture via Flickr CC Licence by.

Newsletters

Comment la Chine exécute ses prisonniers d'opinion pour alimenter le trafic d'organes

Comment la Chine exécute ses prisonniers d'opinion pour alimenter le trafic d'organes

Véritable industrie, ce trafic offre un catalogue de choix aux patients les plus riches en attente de greffes. Des preuves récentes suggèrent que la pratique barbare du prélèvement forcé d'organes est toujours en cours dans les prisons chinoises.

En Espagne, la sécheresse fait réapparaître un monument mégalithique immergé

En Espagne, la sécheresse fait réapparaître un monument mégalithique immergé

Le site surnommé «Stonehenge espagnol» était sous les eaux depuis 1963.

Notre prochaine pandémie sera celle de la démence et nous ne sommes pas prêts

Notre prochaine pandémie sera celle de la démence et nous ne sommes pas prêts

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio