Culture

Liz Taylor: des extrémistes religieux veulent manifester à son enterrement

Slate.fr, mis à jour le 24.03.2011 à 12 h 48

Un petit groupe religieux extrémiste menace de se rendre à l'enterrement d'Elizabeth Taylor et d'y manifester, dénigrant l'actrice hollywoodienne pour sa vie amoureuse, ses amis homosexuels et son combat contre le sida.

Margie Phelps, la fille du pasteur de l'Eglise Baptiste de Westboro, et l'avocate du groupe, a ainsi tweeté:

«Pas de RIP pour Elizabeth Taylor, qui a passé sa vie dans l'adultère et en encourageant des pédés. On l'insulte en enfer aujourd'hui. #Westboro manifestera à son enterrement!»

Avant, elle avait déjà répondu aux tweets de nombreux médias renvoyant vers des nécrologies de l'actrice qu'ils «avaient laissé de côté le fait qu'elle a appris à des garçons et des filles à être de fiers pédés/putes. Dieu ne fera pas de même!».

Le petit groupe religieux est notamment connu pour se présenter aux enterrements de soldats américains morts au combat avec des pancartes lisant «God hates fags» («Dieu hait les pédés») et «America is Doomed» («L'Amérique est damnée»). L'Eglise croit que les morts dans les guerres d'Irak et d'Afghanistan sont des punitions divines pour la tolérance des Etats-Unis envers l'homosexualité, et sont un signe de la destruction imminente du pays, rapportait ABC News début mars 2011.

La Cour Suprême américaine a jugé que les actions du groupe étaient protégées par le Premier Amendement de la Constitution du pays, qui protège la liberté de culte et la liberté d'expression.

Des menaces en l'air?

Mais Elizabeth Taylor échappera peut-être à l'Eglise de Westboro: en 2008, le groupe avait déjà assuré qu'il manifesterait à l'enterrement de l'acteur Heath Ledger parce qu'il avait joué un personnage homosexuel dans Brokeback Mountain, mais la cérémonie avait finalement été tenue en privé. En 2009, mêmes menaces pour l'enterrement de Natasha Richardson, l'actrice ayant soutenu la recherche contre le sida, mais pas signe de l'Eglise à la cérémonie.

Pour le président de GLAAD, l'Alliance Gay et Lesbienne contre la Diffamation, Westboro tente de profiter de la mort de Taylor pour se faire un coup de pub:

«Fred Phelps [Le pasteur] et ses fidèles anti-gay sont simplement en train d'exploiter leur soi-disant «foi» en propageant des messages de haine alors que les Américains font le deuil d'une femme, d'une actrice et d'une militante extraordinaire.»

Photo: Elizabeth Taylor en 2007. REUTERS/Mario Anzuoni

Slate.fr
Slate.fr (9125 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte