Monde

Japon: les yakuzas à la rescousse de la population

Slate.fr, mis à jour le 23.03.2011 à 12 h 48

Deux heures après le début du tremblement de terre du 11 mars, deux des plus grands groupes criminels de Tokyo se transformaient en bons samaritains, rapporte le reporter spécialiste du crime organisé au Japon Jake Adelstein pour The Daily Beast.

Les mafieux japonais ont commencé par ouvrir leurs bureaux aux gens coincés à Tokyo, et envoyer de la nourriture, de l’eau et des couvertures vers les zones dévastées. Un autre clan a même offert un refuge à des étrangers, «du jamais vu dans une nation encore un peu xénophobe, particulièrement au sein des yakuzas de droite».

Le lendemain du séisme, le troisième plus grand groupe de criminalité organisée, Inagawa-kai, a envoyé 25 camions remplis de couches jetables, de nouilles instantanées, de piles, lampes torches, boissons, et autres essentiels pour la vie quotidienne.

Un groupe régional d’Iganawa-kai a en plus pris soin de ne pas mentionner son affiliation au groupe mafieux en déposant des denrées de première nécessité devant la mairie d’une ville dévastée, pour que ses dons ne soient pas rejetés.

The Daily Beast explique qu’en fait, ce n’est pas la première fois que les yakuzas se sentent l’âme d’humanitaires: après le tremblement de terre de Kobe en 1995, ils étaient déjà l’une des forces les plus réactives sur le terrain, distribuant rapidement des denrées aux résidents des régions touchées. Certes, soulève le magazine, la plupart de ces denrées avaient été payées avec de l’argent gagné en rackettant ces mêmes résidents…

Jake Adelstein, avait été interviewé par Christopher Beam pour son article sur l’absence de pillage au Japon sur Slate.

Il expliquait alors que les yakuzas servaient également à maintenir l’ordre au Japon en ce moment, puisque les trois organisations criminelles du pays «ont formé des escouades chargées de patrouiller les rues de leurs territoires et de s’assurer qu’aucun pillage ou vol n’ait lieu».

Beam ajoutait que même en temps normal, les yakuzas font respecter l’ordre. Ils pratiquent l’extorsion de fonds, gèrent des réseaux de prostitution et de narcotrafiquants, mais ne tolèrent pas le vol.

Dans son article pour The Daily Beast, Adelstein ajoute que les yakuzas jouent ce rôle depuis la fin de la Deuxième Guerre mondiale.

Photo: Des survivants à la catastrophe, à Rikuzentakata, le 12 mars 2011. REUTERS/Kyodo

Slate.fr
Slate.fr (9125 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte