Monde

Fidel Castro a démissionné en 2006

Temps de lecture : 2 min

Dans un article publié mardi 22 mars dans un journal contrôlé par l’Etat cubain, l’ancien dirigeant Fidel Castro révèle qu’il a abandonné sa fonction de premier secrétaire du parti communiste en 2006, soit deux ans avant que son frère Raul ne prenne officiellement les rennes du pays.

«J’ai abandonné sans hésitation toutes mes fonctions d’Etat et politiques, même celle de premier secrétaire du parti, quand je suis tombé malade et je n’ai jamais essayé de les exercer après la proclamation du 31 juillet 2006», écrit Castro en parlant des problèmes intestinaux qui ont failli le tuer.

Malgré son désistement après 49 ans de pouvoir, Castro raconte comment les gens continuaient à l’appeler «affectueusement» «lider», et il n’a jamais pris la peine de les corriger. Le leader révolutionnaire de 84 ans avait annoncé en 2006 qu’il confiait «temporairement» ses pouvoirs à son frère à la suite de problèmes de santé, mais il n’avait jusqu’ici jamais confirmé qu’il avait également cédé le poste de premier secrétaire du parti communiste, qui est décrit par la constitution comme «la force supérieure de la société et de l’Etat».

La raison derrière ce silence n’est pas claire, écrit le Miami Herald, qui souligne toutefois que la déclaration signifie que Raul Castro va arriver au Congrès du parti qui se tient le mois prochain en position de force. Le frère de Fidel Castro est officiellement le président de Cuba depuis février 2008.

Fidel Castro continue pour sa part d’écrire pour le journal du parti Granma, et de jouer un «un rôle en coulisses» dans le gouvernement cubain.

Photo: Fidel Castro en 2005 / Agencia Brasil via Wikimedia Commons

Slate.fr

Newsletters

Une semaine dans le monde en 7 photos

Une semaine dans le monde en 7 photos

Élections en Israël, brouillard toxique provoqué par les incendies en Indonésie et début de la Coupe du monde de rugby 2019... La semaine du 14 septembre en images.

En Tunisie, un Ehpad à la pointe du tourisme médical

En Tunisie, un Ehpad à la pointe du tourisme médical

Alors que les scandales se succèdent en France, un établissement tunisien propose un concept hybride, entre hôtel et maison de retraite.

L'Inde va-t-elle faire enfermer toutes les personnes de confession musulmane?

L'Inde va-t-elle faire enfermer toutes les personnes de confession musulmane?

À l'image de ce qu'il se passe pour les Rohingyas en Birmanie, des millions d'habitant·es du Nord-Est de l'Inde pourraient rejoindre les rangs des apatrides.

Newsletters