Monde

Libye: la France agace déjà ses alliés

Slate.fr, mis à jour le 22.03.2011 à 17 h 00

Nicolas Sarkozy avait été clair samedi 19 mars à Paris lors de son allocution de «soutien au peuple libyen» au moment des premières frappes aériennes françaises contre les troupes de Mouammar Kadhafi:

«Notre détermination est totale. Je le dis avec solennité. Chacun se trouve désormais placé devant ses responsabilités. C'est une décision grave que nous avons été amenés à prendre. Au côté de ses partenaires arabes, européens, nord américains, la France est décidée à assumer son rôle, son rôle devant l'Histoire.»

La détermination affichée par la France avait permis à Barack Obama de sauter sur l’occasion qui lui était donnée de rentrer dans les rangs de la coalition sans pour autant être en première ligne. Mais il semblerait que les relations entre les partenaires occidentaux se soient rapidement dégradées. Le Financial Times a publié lundi 21 mars un article (mis à jour le lendemain) sur les premières tensions au sein de la coalition qui coopère actuellement pour maintenir une zone d’exclusion aérienne au-dessus de la Libye.

Selon le quotidien de la City, la décision de la France d’attaquer sans en informer ses alliés, et sa réticence à transférer les pouvoirs à l’Otan a irrité ses partenaires. Une réunion de l’Otan a même été écourtée lundi 21 mars après que le secrétaire général de l’organisation a critiqué la France pour avoir bloqué l’Otan et l’Allemagne pour ne pas s’impliquer plus, provoquant le départ des représentants des deux pays.

Un responsable occidental a confié au Financial Times:

«Alors que nous nous rapprochions d’un accord à l’Otan, la France a soudainement tout bloqué, ce qui nous a d’abord troublé. Mais après, tout est devenu clair: Sarkozy voulait annoncer des frappes à la sortie de sa réunion à Paris où il menait la danse.»

Mais au moment où les pays sont divisés sur la l’ampleur de l’implication de l’Otan (le Royaume-Uni a peur «d’envoyer le mauvais signal» au monde arabe tandis que l’appelle de tous se vœux), la France est en train de devenir la bête noire de la coalition. «Il y a des tensions majeures entre les Etats-Unis et le Royaume-Uni d’un côté et la France de l’autre», a déclaré l’officiel anonyme cité par le Financial Times.

Le journaliste Bernard Guetta partage ce constat dans sa chronique sur France Inter mardi 22 mars:

«La France irrite et inquiète ses propres alliés. A l’initiative et l’avant-garde de l’intervention en Libye, elle est maintenant contestée, au sein de l’Union européenne comme de l’Alliance atlantique, par de nombreux pays qui souhaiteraient, pour des raisons diverses, lui enlever le contrôle qu’elle exerce de fait sur cette opération.»

Photo: Nicolas Sarkozy et Hillary Clinton à Paris le 19 mars 2011, REUTERS/Benoit Tessier 

Slate.fr
Slate.fr (9125 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte