Monde

Un nouvel Abou Ghraib pour l'armée américaine

Slate.fr, mis à jour le 22.03.2011 à 9 h 23

Les forces américaines en Afghanistan s’attendent à de possibles émeutes déclenchées par la publication de photographies montrant des «trophées de guerre» pris par des soldats américains posant avec les corps de civils afghans qu’ils ont eux-mêmes tués.

Der Spiegel a publié dans son édition parue lundi 21 mars deux photos, datées du 15 janvier selon le journal allemand, qui montrent deux soldats américains en Afghanistan posant avec le corps d’un civil afghan qu’ils sont suspectés d’avoir tué. Les documents font partie d’un lot de plusieurs centaines de photos utilisées dans le procès de soldats accusés de meurtre en Afghanistan en 2010 et que l’armée voulait garder secrètes à tout prix. Elles étaient protégées par un ordre de protection judiciaire qui en interdisait la publication dans les médias.

Des responsables de haut niveau de l’Otan à Kaboul ont comparé les photos publiées par le Spiegel à celles de la prison d’Abou Ghraib en Irak qui avaient déclenché des vagues de manifestations anti-américaines à travers le monde, rapporte The Guardian. Ils craignent que les photos aient un impact négatif encore plus grand sur l’image des Etats-Unis dans le monde arabe.

Les activités de la «kill team» comme l’appellent les médias américains étaient déjà connues du public: 12 hommes sont actuellement jugés à Seattle pour leur implication dans le meurtre de trois civils afghans. Cinq d’entre eux sont accusés de meurtre avec préméditation après avoir essayé de faire passer des meurtres pour des actes de légitime défense contre des Talibans. Certains soldats sont également accusés de mutilation de cadavres, possession d’images de victimes et consommation de drogue. Ils risquent la peine de mort ou la prison à perpétuité.

L’armée américaine a estimé dans un communiqué publié dimanche 20 mars que les photos étaient «répugnantes pour nous en tant qu’être humains et contraires aux normes et aux valeurs de l’armée américaine», rajoutant:

«Nous nous excusons pour le grand désarroi occasionné par ces photos. Les actes décrits par ces photos font l’objet d’une enquête et sont le sujet d’une procédure devant la cour martiale dans laquelle les accusés sont présumé innocents jusqu’à preuve de leur culpabilité.»

Photo: des militaires américains dans la province d'Helmand, en Afghanistan, le 4 novembre2010. REUTERS/Finbarr O'Reilly

Slate.fr
Slate.fr (9125 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte