Monde

Course contre la montre pour les frappes aériennes en Libye

Slate.fr, mis à jour le 18.03.2011 à 10 h 13

Le Conseil de sécurité des Nations unies a voté dans la nuit du jeudi 17 au vendredi 18 mars une résolution autorisant le recours à la force contre les troupes de Mouammar Kadhafi, ouvrant ainsi la voie à des frappes aériennes en Libye, tout en excluant le déploiement de forces d’occupation étrangères. La résolution stipule notamment:

«Le Conseil de sécurité […] autorise les États membres qui ont adressé au Secrétaire général une notification à cet effet et agissent à titre national ou dans le cadre d'organismes ou d'arrangements régionaux et en coopération avec le Secrétaire général, à prendre toutes mesures nécessaires […] pour protéger les populations et les zones civiles menacées d'attaque en Jamahiriya arabe libyenne, y compris Benghazi, tout en excluant le déploiement d'une force d'occupation étrangère sous quelque forme que ce soit et sur n'importe quelle partie du territoire libyen.»

La résolution a été votée à 10 voix sur 15, avec cinq abstentions: celles de la Russie et de la Chine, tous deux membres permanents du Conseil de sécurité, et de l’Allemagne, du Brésil et de l’Inde.

La résolution souligne également «l'importance du rôle que joue la Ligue des États arabes dans le maintien de la paix et de la sécurité régionales et […] prie les États membres qui appartiennent à la Ligue de coopérer avec les autres États membres».

Le porte-parole du gouvernement François Baroin a déclaré vendredi 18 mars au matin que les frappes militaires interviendront «dans quelques heures» et que les Français y participeront. Il a précisé qu’il ne s’agissait pas d’«une occupation du territoire libyen», mais d’«un dispositif de nature militaire pour protéger le peuple libyen et lui permettre d'aller jusqu'au bout de son souffle de liberté et donc de la chute du régime Kadhafi».

La question cruciale est désormais de savoir combien de temps il va falloir pour mettre passer des mots aux actes. Kadhafi a en effet annoncé qu’il allait lancer l’assaut final sur la ville rebelle de Benghazi, qui a fêté la nouvelle du vote de la résolution de l'ONU et attend désormais de l'aide avec impatience. Le journaliste du Guardian Julian Borger écrit sur son blog:

«Le leader libyen a prévenu hier soir [jeudi 17 mars] que ses troupes allaient entrer dans toutes les maisons et toutes les chambres et se montrer “impitoyables”. L’attaque n’a pas encore eu lieu cette nuit, mais les troupes du gouvernement se sont massées en préparation, il est donc clair que si les mots du Conseil de sécurité veulent servir à quelque chose, le temps est compté.»

Photo: Le COnseil de sécurité de l'ONU vote sur la résolution libyenne le 18 mars à New York, REUTERS/Jessica Rinaldi 

Slate.fr
Slate.fr (9125 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte