Life

Commencer à boire jeune pourrait vous induire à boire plus

Slate.fr, mis à jour le 17.03.2011 à 17 h 15

Vous vous vantez du jeune âge que vous aviez quand vous avez ingurgité votre premier verre d'alcool? La question risque d'être bien plus importante que vous ne le croyez, suggère Time Magazine. D'après une nouvelle étude, l'âge de votre premier verre pourrait déterminer quel genre de buveur vous serez plus tard.

La découverte est le résultat d'une étude menée en Allemagne sur 166 femmes et 140 hommes, explique US News. Les participants étaient interrogés sur leur premier verre, leurs tracas quotidiens des derniers mois,  leurs habitudes de consommation d'alcool à 22 ans, et sur des évènements qui ont pu les stresser dans les trois années précédentes. Ils ont aussi fourni des informations sur leur consommation d'alcool dans les mois qui ont précédé l'enquête.

Les chercheurs ont découvert que les personnes qui ont bu leur premier verre très jeunes sont plus susceptibles de tomber dans l'alcoolisme en réponse à des évènements stressants comme une rupture, le divorce des parents, ou la mort d'un proche. «Nous avons découvert que l'impact des évènements stressants sur la consommation d'alcool dépend de l'âge auquel on a bu notre premier verre», explique Dorothea Blomeyer, qui a dirigé les études.

Ce n'est pas la première étude qui montre un lien entre l'âge de la première boisson et notre attitude à l'alcool une fois adultes, mais parce que les participants ont été suivis sur deux décennies, les chercheurs ont pu obtenir des données plus précises.

D'après Mme Blomeyer, plusieurs raisons expliquent ce lien entre l'âge du premier verre et notre relation à l'alcool une fois adultes. Tout d'abord, la chercheuse a remarqué que les adultes qui boivent le plus ont bu leur premier au moment de leur puberté, vers 12-13 ans. Les changements hormonaux et le stress associés à cette période pourraient signifier que les sensations gratifiantes liées à l'alcool s'ancrent profondément dans la tête des adolescents, ce qui les pousserait à se tourner vers l'alcool plus tard, en situation de stress.

Mais il est aussi possible que les enfants qui boivent leur premier verre tôt comptent sur l'alcool comme mécanisme de compensation, en apprenant qu'il peut les aider à soulager leur stress ou leur malaise en société. Cette théorie rejoint d'autres études qui montrent que les adultes qui n'ont jamais bu en période de stress quand ils étaient plus jeunes ont tendance à ne pas se tourner vers l'alcool plus tard, quand ils sont confrontés à des situations émotionnellement ou financièrement difficiles.

Cette étude ne remet pourtant pas en question l'idée que confronter les jeunes enfants à la boisson peut aussi rendre l'alcool moins tabou, et donc moins désirable. L'étude de Mme Blomeyer se penche spécifiquement sur l'âge du premier verre bu dans son intégralité, alors que les experts estiment qu'il faut exposer les enfants à l'alcool graduellement, par de petites gorgées de vin ou de bière, afin de les aider à contrôler leurs envies une fois qu'ils seront adultes.

Photo: Bacchus, Michelangelo Merisi da Caravaggio, The Yorck Project, wikimedia.

Slate.fr
Slate.fr (9125 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte