Etre au chômage est meilleur pour la santé que d'avoir un mauvais job

Il est généralement accepté par la population et les spécialistes qui se sont penchés sur la question que travailler est meilleur pour la santé mentale qu'être au chômage. Mais une nouvelle étude australienne vient mettre à mal la vieille maxime selon laquelle «le travail, c’est la santé» en montrant qu’un travail d’une mauvaise qualité psychosociale n’apporte pas les mêmes bénéfices pour la santé mentale qu’un travail d’une bonne qualité, et peut même être plus néfaste que le chômage.

Les bénéfices du travail généralement reconnus pour la santé mentale sont qu’il donne au travailleur une raison d’être, un rôle structuré, et rend donc plus heureux que le chômage. Les chercheurs britanniques Gordon Waddell et A Kim Burton écrivaient en 2006 dans une étude indépendante de plus de 200 pages commandée par le ministère du Travail et intitulée «Le travail est-il bon pour votre santé et votre bien-être?»:

«Le travail répond à d’importants besoins psychosociaux dans des sociétés où l’emploi est la norme. Le travail est central pour l’identité individuelle, le rôle social et le statut social. L’emploi et le statut socio-économique sont les principaux gradients sociaux de la santé physique et mentale et la mortalité.»

Mais les auteurs soulignaient déjà que les bénéfices dépendaient de la qualité du travail. La nouvelle étude australienne, qui porte sur plus de 7.000 personnes suivies dans le temps, va encore plus loin. Elle montre qu'un travail de mauvaise qualité psychosociale, c'est-à-dire avec des fortes exigences, peu de contrôle sur la prise de décision, une mauvaise sécurité de l’emploi et un déséquilibre entre l’effort et la récompense, peut même s’avérer plus néfaste que le chômage. Les chercheurs de l’université de Canberra écrivent dans leurs conclusions:

«De manière générale, les personnes interrogées qui étaient au chômage étaient en moins bonne santé mentale que ceux qui avaient un travail. En revanche, la santé mentale de ceux qui étaient au chômage était comparable à celle de ceux qui occupaient des postes d’une mauvaise qualité psychosociale.»

L’étude longitudinale souligne que si le fait de passer du statut de chômeur à un travail de qualité améliore le bien-être, passer du chômage à un emploi de mauvaise qualité est plus néfaste que rester au chômage.  

Photo: Un mineur à Changhzi, en Chine, REUTERS/Stringer Shanghai

Il est généralement accepté par la population et les spécialistes qui se sont penchés sur la question que travailler est meilleur pour la santé mentale que d’être au chômage. Mais une nouvelle étude australienne vient mettre à mal la vieille maxime selon laquelle «le travail, c’est la santé» en montrant qu’un travail d’une mauvaise qualité psychosociale n’apporte pas les mêmes bénéfices qu’un travail d’une bonne qualité psychosociale.

Les bénéfices du travail généralement reconnus pour la santé mentale sont qu’il donne au travailleur une raison d’être, et un rôle structuré, et rend donc plus heureux que le chômage. Les chercheurs britanniques Gordon Waddell et A Kim Burton écrivaient en 2006 dans une étude indépendante de plus de 200 pages commissionnée par le ministère du Travail et intitulée «Le Travail est il bon pour votre santé et votre bien-être?»:

«Le travail répond à d’importants besoins psychosociaux dans des sociétés où l’emploi est la norme. Le travail est central pour l’identité individuelle, le rôle social et le statut social. L’emploi et le statut socio-économique sont les principaux gradients sociaux de la santé physique et mentale et la mortalité.»

Mais les auteurs soulignaient déjà que les bénéfices dépendaient de la qualité du travail. La nouvelle étude australienne, qui porte sur plus de 7.000 personnes suivies dans le temps, va encore plus loin. Non seulement un travail de mauvais qualité psychosociale, c'est-à-dire avec des fortes exigences, peu de contrôle sur la prise de décision, une mauvaise sécurité de l’emploi et un déséquilibre entre l’effort et la récompense, a moins de bénéfices pour le bien-être qu’un travail  de bonne qualité, mais il peut même s’avérer plus néfaste que le chômage. Les chercheurs de l’université de Canberra écrivent dans leurs conclusions:

«De manière générale, les personnes interrogées qui étaient au chômage étaient en moins bonne santé mentale que ceux qui avaient un travail. En revanche, la santé mentale de ceux qui étaient au chômage était comparable à celle de ceux qui occupaient des postes d’une mauvaise qualité psychosociale.»

L’étude longitudinale souligne que si le fait de passer du statut de chômeur à un travail de qualité améliore le bien-être, passer du chômage à un emploi de mauvaise qualité est plus néfaste que rester au chômage.  

Devenez fan sur , suivez-nous sur
 
LU SUR...
TOPICS
PARTAGER
LISIBILITÉ > taille de la police
SLATE CONSEILLE
Quatre priorités contre la souffrance au travail
Il faut revaloriser la médecine du travail
À la une de Slate »
LU,VU&ENTENDU
LIFE -
Publié le 16/03/2011
Mis à jour le 16/03/2011 à 15h13