France

Le documentaire sur DSK déclenche un tollé en Grèce

Temps de lecture : 2 min

La diffusion du documentaire sur Dominique Strauss-Kahn le dimanche 13 mars sur Canal+ a créé de vives polémiques en Grèce selon Le Figaro. Invité à s'exprimer sur la situation du pays, le directeur général du FMI a déclaré que les Grecs «truandent un maximum», une déclaration qui a été très mal perçue...

«La réalité, c'est que ces gens-là, ils sont dans la merde. Et gravement… Mais, eux-mêmes, ils ont un peu bricolé, ils n'ont pas payé d'impôts, c'est un peu le sport national ici: ça truande un maximum…» C'est en ces termes que Dominique Strauss-Kahn a souhaité commenter les différentes images de protestation en Grèce et répondre aux critiques lancées par les manifestants athéniens.

«Depuis dimanche, presse écrite, journaux télévisés, émissions politiques, éditorialistes et politiciens se relaient pour réagir, parfois violemment au propos de DSK», relate le Figaro. Ainsi Notis Padapopoulos, directeur de la rédaction du quotidien grec Ta Nea a déclaré: «Venant d'un socialiste, qui en plus, veut être président de la République française, c'est trop!» Sur le site d'informations Tovima (1), le propos est plus nuancé (2):

«Il ne faut pas se leurrer. Pendant des années nous avons vécu après coup, repoussant les échéances, espérant qu'un Deus ex machina puisse un jour trouver le moyen de tout nettoyer (…) De toute évidence, les principales responsabilités appartiennent à un système politique qui nous a conduit à la faillite.»

DSK regrette la séquence

Dominique Strauss-Kahn se doutait que ses déclarations susciteraient un tollé en Grèce. Lors de la présentation finale du documentaire par le réalisateur Nicolas Escoulan, le patron du FMI aurait envisagé de demander le retrait de la séquence mais «il ne l'a pas fait pour ne pas apparaître comme un censeur. Ayant donné carte blanche, il ne pouvait plus intervenir», explique TV Mag.

Misant sur la franchise, son équipe de conseillers espérait que la polémique se tasserait. Un constat d'échec si l'on se fie aux réactions grecques mais une réussite si l'on se base sur son succès d'audience rapporté par Le Parisien. 1,25 million de téléspectateurs, soit 7,1% du public présent devant sa télévision, auraient ainsi suivi l'émission.

Photo: Dominique Strauss-Kahn sur France 2, le 20 février 2011. REUTERS

(1) Publication pour laquelle Jean-Marie Colombani, cofondateur de Slate.fr, tient une chronique hebdomadaire.

(2) Traduit à l'aide de Google Traduction

Slate.fr

Newsletters

Mort de Charles Aznavour: «Il avait des carrières différentes dans chaque langue»

Mort de Charles Aznavour: «Il avait des carrières différentes dans chaque langue»

Charles Aznavour est décédé dans la nuit de dimanche à lundi à l'âge de 94 ans. Après Edith Piaf, il était sûrement le chanteur français le plus connu à l’étranger. Pour Slate.fr, Bertrand Dicale, auteur de Tout Aznavour (First Editions) ...

Pourquoi déteste-t-on les supporters de football?*

Pourquoi déteste-t-on les supporters de football?*

*Et les supportrices.

Non, je ne crois pas que le voile soit compatible avec le féminisme

Non, je ne crois pas que le voile soit compatible avec le féminisme

Prétendre que le voile islamique est compatible avec le féminisme est pour le moins hasardeux. Comment un marqueur religieux établissant une différence entre les sexes pourrait-il porter des idées d'émancipation, de liberté et d'égalité?

Newsletters