Monde

Reprise possible des négociations sur le nucléaire nord-coréen

Temps de lecture : 2 min

La Corée du Nord serait prête à revenir à la table des discussions des six pays, relate la BBC. Au point mort depuis 2008, les négociations concernent le programme d'enrichissement nord-coréen, qui pourrait être stoppé en échange d'une aide à la Corée du Nord dans divers domaines.

Les négociations avaient commencé en 2005, alors que les six pays (Chine, États-Unis, les deux Corées, la Russie et le Japon) étaient prêts à discuter. En pleine actualité sur le séisme au Japon et la révolte au Moyen-Orient, les Nord-coréens cherchent à attirer l'attention sur eux, selon le Ledger-Enquirer.

Alexandre Borodavkine, le vice-ministre russe des Affaires étrangères, était en visite en Corée du Nord de vendredi 11 à lundi 14 mars; il a pu ainsi rencontrer son homologue nord-coréen, qui aurait déclaré que «la Corée du Nord était disposée à se rendre aux négociations […] sans poser aucune condition», cite 24heures.ch.

Selon la BBC, rien n'est acquis pour l'instant: la Corée du Nord nie en effet le bombardement de l'île de Yeonpyeong ayant eu lieu le 23 novembre 2010. Il avait mené à la destruction d'un navire sud-coréen et au meurtre de 46 sud-coréens. Les négociations sont au point mort depuis 2008, aucun pays ne voulant lâcher prise; la Corée du Nord s'était alors retirée des discussions en 2009, un mois avant de procéder à un second essai nucléaire.

Photo: Mansudae Grand Monument, Pyongyang, North Korea / yeowatzup via Flickr, CC-Licence-by

Slate.fr

Newsletters

La vraie recette du populisme

La vraie recette du populisme

Lignes et esthétiques japonaises

Lignes et esthétiques japonaises

Entre 2004 et 2016, Emily Shur s'est rendue plus de quinze fois au Japon. «J'ai fait un effort conscient pour concentrer ma photographie uniquement sur l'expression de mon point de vue individuel, raconte la photographe. Je ne pense pas que mon...

Le voyage risqué de Macron en Russie

Le voyage risqué de Macron en Russie

Il importe qu’à Saint-Pétersbourg, plus encore qu’à Versailles il y a un an, Emmanuel Macron renforce son discours sans compromis vis-à-vis de Vladimir Poutine.

Newsletters