Monde

Le Japon en direct: le flou des bilans provisoires

Slate.fr, mis à jour le 15.03.2011 à 18 h 36

  • Nouveau tremblement de terre, sans risque de tsunami d'après l'agence météorologique du Japon 
  • On en est à trois explosions à la centrale nucléaire de Fukushima depuis la catastrophe de vendredi 
  • L'accident nucléaire atteint le niveau de gravité 6, un niveau en dessous de Tchernobyl
  • Le niveau des radiations, très élevé dans la journée, est en baisse, affirment les autorités
  • Revivez les évènements des journées de samedi, de dimanche et de lundi

 » A regarder, notre grand format des images du séisme


- Mardi 15 mars -

Morts, disparus: Le flou des bilans provisoires

18h15 [Kyodo News/ New York Times] Les bilans provisoires restent flous et contradictoires: Kyodo News parle de plus de 10.000 morts et disparus depuis vendredi, soit «la première fois depuis le Grand Séisme de Kanto de 1923 que le nombre de personnes mortes et disparues dans une catastrophe naturelle a dépassé les 10.000».

Elle rapporte les chiffres de la police nationale, qui parle de 3.373 personnes mortes et 6.746 disparues dans 12 préfectures. Auxquelles s'ajoutent 16.000 personnes dont on est sans nouvelles dans deux autres villes (8.000 à Otsuchi, où a été notamment sauvée une dame de 70 ans, et 8.000 à Minamisanriku). Le nombre de personnes disparues serait donc plutôt de 32.746.

Mais le New York Times parle de 10.000 morts et cite un officier de police qui affirme que, rien que pour le port de Minamisanriku, le nombre de morts «dépasserait certainement 10.000», soit plus de la moitié de la population totale.

Le niveau des radiations en baisse

16h43 [New York Times / BBC / Spiegel] Le gouvernement affirme que les niveaux de radiation ont fortement baissé à la centrale nucléaire de Fukushima Daiichi, alors qu'ils avaient dangereusement augmenté dans la journée de mardi. Le New York Times, qui disait plus tôt dans la journée que la situation virait à la catastrophe, estime désormais que, «bien que la situation reste périlleuse, des signes montraient que les employés avaient, au moins pour le moment, réussi à endiguer une partie du danger».

Le vent disperse les radiations vers l'Est, l'Océan Pacifique, mais les personnes habitants dans les 20 km autour de la centrale ont dû quitter leur maison. Ceux vivant à une distance d'entre 20 et 30 km doivent rester confinés chez eux. Le Japon a établi une zone d'exclusion aérienne de 30 km autour de la centrale pour éviter que les avions ne répandent les radiations.

Le point sur les réacteurs endommagés

15h23 [Kyodo News] Le point sur la situation des réacteurs de la première centrale nucléaire de Fukushima mardi au soir –heure japonaise (voir photo plus bas):

Réacteur n°1: après l'échec du système de refroidissement automatique le coeur a partiellement fondu, de la vapeur s'est échappée, une explosion d'hydrogène a fait sauter le toit, les employés y pompent de l'eau salée pour tenter de le refroidir.

Réacteur n°2: après l'échec du système de refroidissement automatique les employés y pompent de l'eau salée pour tenter de le refroidir, des barres de combustion n'ont pas été protégées temporairement, le système de confinement est endommagé, on craint une potentielle fusion du coeur du réacteur.

Réacteur n°3: après l'échec du système de refroidissement automatique, les employés y pompent de l'eau salée pour tenter de le refroidir. De la vapeur s'est échappée, une explosion d'hydrogène a eu lieu. On craint une fusion partielle du coeur du réacteur, et des radiations élevées ont été mesurées près du réacteur.

Réacteur n°4: en réparation quand le tremblement de terre a eu lieu, un feu s'est déclaré, possiblement par une explosion d'hydrogène dans un bassin qui contenait des barres de combustible usagées. On craint que le niveau d'eau des bassins ne baisse.

14h43 [Reuters/ Kyodo News] Un nouveau tremblement de terre a secoué l'Est du Japon, d'une magnitude de 6.0. L'agence météorologique japonaise estime que le niveau de l'océan pourrait changer après celui-ci, mais sans plus de dommage (et sans risque de tsunami).

Des coupures d'électricités tournantes pendant des semaines?

14h28 [Tokyo Electric Power Company/ BBC] La compagnie d'électricité japonaise a annoncé procéder à des coupures d'électricité massives tournantes, de région en région de l'archipel: «l'équilibre offre/demande d'électricité dans notre zone de service est dans un état critique», explique la TEPCO. Le Japon a été divisé en cinq zones dont l'électricité doit être coupée par période de 3h40, détaillées sur le site de l'entreprise.

Le gouvernement a ordonné cette stratégie dimanche soir pour faire durer l'électricité. Le pays dépend de l'énergie nucléaire pour un quart de son électricité, et 11 des 54 réacteurs japonais sont fermés, ce qui cause un manque de 10 millions de kilowatts par jour, d'après le ministre de l'économie, du commerce et de l'industrie.

Le rationnement devrait durer plutôt des semaines que des jours, estime la BBC. Le Premier ministre a reconnu les difficultés qu'entraineraient ces coupures massives:

«C'était une décision difficile à prendre, sachant que cela causerait beaucoup d'ennuis à la population. S'il vous plait, soyez créatifs pour vous protéger de cette coupure»

14h11 [Gamekult] Après avoir annoncé la coupure des serveurs de jeux en ligne afin de réduire les dépenses énergétiques, plusieurs sociétés éditrices de jeux-vidéos se sont également engagées à faire des dons aux familles des victimes du tsunami.

Sony et Nintendo se sont engagés à donner 300 millions de yens (l'équivalent de 2,6 millions d'euros), Sega-Sammy 200 millions de yens (1,75 millions) tandis que Namco Bandai, Tecmo Koei et Capcom ont promis 100 millions de yens. Capcom a également décidé que pour tout achat du jeu Street Fighter IV sur Iphone, les bénéfices des ventes seront intégralement reversées aux sinistrés.

Une catastrophe de niveau 6

12h24 [Reuters via Le Point] L'accident nucléaire a atteint le niveau 6 de gravité sur l'échelle internationale qui en compte 7, d'après le président de l'Autorité de sûreté du nucléaire française. Le niveau 7 n'a été atteint qu'une fois dans l'Histoire, lors de la catastrophe de Tchernobyl en 1986.

La veille, l'ASN avait déjà dit que la catastrophe était au dessus du niveau 5 (incident de Three Mile Island) et en dessous du niveau 7 (Tchernobyl), sans aller jusqu'à lui donner le niveau 6. Mais «Nous sommes maintenant dans une situation différente de celle d'hier», a-t-il affirmé, «on est dans une catastrophe tout à fait évidente».

11h21 [NHK World/ New York Times] Le Secrétaire général du cabinet japonais Yukio Edano affirme que le niveau des radiations autour de la centrale nucléaire de Fukushima est assez élevé pour affecter la santé humaine. On a détecté 400 millisieverts de radiation par heure autour du réacteur n°3 mardi matin (heure Japonaise). C'est quatre fois la quantité de radiations acceptable pour les humains, et de tels niveaux pourraient amener la perte de globules blancs, affirme NHK World.

7 minutes d'exposition à ce niveau de radiations équivalent à la dose maximale annuelle autorisée pour un employé d'une usine nucléaire américaine, et une exposition de 75 minutes mènerait à un syndrome d'irradiation aiguë, rapporte le New York Times.

En France, il suffirait de 3 minutes d'exposition à ce niveau de radiations pour atteindre la limite annuelle autorisée pour les personnels exposés (20 millisieverts sur 12 mois, d'après le code du travail).

Pour plus de détails sur ce qu'il y a dans les vapeurs radioactives qui s'échappent de la centrale de Fukusima, vous pouvez lire cette Explication sur Slate.

11h11 [Kyodo News] Le gouverneur de Tokyo Shintaro Ishihara s'est excusé pour ses propos de la veille, où il avait affirmé à des journalistes que le tremblement de terre et le tsunami représentaient «une punition divine» de la population japonaise pour son égoisme: «Je retire [ma remarque] et j'offre mes excuses les plus profondes», a-t-il dit, ajoutant qu'il aurait dû penser aux victimes avant ses remarques.

Lundi, voici ce qu'il avait affirmé:

«La politique japonaise est teintée d'égoisme et de populisme. Nous devons utiliser le tsunami pour effacer l'égoisme, qui a rouillé sur la mentalité des Japonais depuis longtemps. Je pense que [le désastre] est tembatsu [une punition divine], bien que je sois désolé pour les victimes de la catastrophe.»

La crise nucléaire s'aggrave

10h21 [New York Times] La crise nucléaire japonaise frise la catastrophe alors que deux réacteurs sont fortement endommagés, l'un d'entre eux laissant jaillir de fortes quantités d'émissions radioactives dans l'air.

Le Premier ministre Naoto Kan s'est adressé à la nation en appelant au calme, mais a prévenu qu'il y avait «un très fort risque» que de nouvelles fuites aient lieu. Les vents emportent pour l'instant les émissions radioactives vers l'Océan pacifique, et pas vers les zones habitées. La plupart des 800 employés de la centrale ont été renvoyés chez eux, laissant seuls une cinquantaine d'entre eux qui tentent encore de refroidir le coeur des réacteurs avec de l'eau salée.

Le gouvernement japonais a dit aux personnes vivant dans les 30 kilomètres autour de la centrale de rester chez eux, laisser leurs fenêtres fermées et de ne pas utiliser l'air conditionné.

Voici la vidéo de l'intervention du Premier ministre, traduite en anglais par Sky News:

La Bourse de Tokyo en chute libre

9h39 [Bloomberg/ La Tribune] La Bourse de Tokyo a poursuit sa baisse, avec la pire chute de l'indice Topix –un des plus importants de la bourse japonaise– depuis 1987, la panique des investisseurs s'intensifiant après que le Premier ministre Naoto Kan a admis que le danger de fuites de la centrale de Fukushima augmentait.

La Banque du Japon a de nouveau injecté 8 mille milliards de yens –soit 70,4 milliards d'euros– dans les marchés mardi, qui viennent s'ajouter à l'injection record de la veille (12 mille milliards de yens).

En chutant, la Bourse de Tokyo a entraîné les autres places asiatiques et européennes: à Paris, le CAC 40 chutait à 10h de 1,93%, le Footsie 100, le Dax30 et l'EuroStoxx50 reculaient également.

9h17 [LCI] L'ONG française Groupe de secours catastrophe français a annoncé lundi soir dans un communiqué qu'elle ne se rendrait pas au Japon. Alors qu'elle devait envoyer «une équipe de sept sauveteurs suivie d'une seconde équipe de 13 personnes», l'ONG y a renoncer au vu du risque important d'exposer son personnel «à une contamination par des particules radioactives», de la compétence japonaise en matière de sauvetage, la faible probabilité de retrouver des survivants après un tsunami et la situation dans les centrale nucléaires.

Slate.fr
Slate.fr (9125 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte