Culture

Naïve veut récupérer les droits à l'étranger du premier album de Carla Bruni

Slate.fr, mis à jour le 14.03.2011 à 11 h 54

«C'est quelqu'un qui m'a dit que tu m'aimais encore...»: si l'on en croit les informations du site Electron Libre, Naïve aime toujours Quelqu'un m'a dit, le premier album de celle-qui-n'était-pas-encore-la-première-dame Carla Bruni-Sarkozy, publié en 2002. Le label tente en effet de récupérer en justice les droits d'exploitation du disque «dans certains pays, hors de France», qu'il avait cédés à V2 Music, le label de Richard Branson.

Selon Electron Libre, «les avocats de Naïve ont soutenu entre autres que la prise de contrôle en 2007 de V2 par Centenary, filiale d'Universal Music, mettait fin automatiquement au contrat», mais le juge de première instance puis la cour d'appel de Paris, le 1er décembre dernier, ont jugé le contraire: aucune disposition du contrat ne prévoyait une résiliation automatique en cas de rachat de V2 et «certains retards de paiement des droits d'exploitation par V2 à Naïve [constituent] des faits mineurs et [ne sont] pas de nature à mettre fin au contrat». Le site ajoute que «Naïve aurait décidé de porter l'affaire devant la Cour de cassation».

Selon les derniers chiffres publiés par l'AFP, les ventes de Quelqu'un m'a dit sont évaluées à environ 2 millions d'exemplaires, dont 1,2 million en France et 800.000 à l'étranger. Le deuxième album, No Promises (2007), n'avait pas connu le même succès, de même que le troisième, Comme si de rien n'était, sorti en juillet 2008, six mois après le mariage de Carla Bruni avec Nicolas Sarkozy.

Un quatrième album a été récemment annoncé, auquel Julien Clerc devrait collaborer et qui n'a pas encore de date de sortie pour l'instant: le 12 mars, le chercheur et animateur de France Culture Frédéric Martel a affirmé sur son compte Twitter que Patrick Zelnik, le patron de Naïve, lui avait annoncé que ce disque ne sortirait pas avant l'élection présidentielle.

Un extrait d'une chanson, une adaptation en italien de Douce France, a en tout cas déjà fuité mi-février, sur le site du Midi Libre. L'agent de Carla Bruni, Bertrand de Labbey, a affirmé que la maquette avait été «dérobée», qu'une «enquête interne» était en cours et que la chanteuse se réservait le droit de porter plainte.

Photo: la pochette de l'album Quelqu'un m'a dit (Naïve).

Slate.fr
Slate.fr (9125 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte