Monde

Obama est «born in the USA»

Slate.fr, mis à jour le 14.03.2011 à 12 h 19

Barack Obama a profité de l'atmosphère détendue du dîner annuel du Club Gridiron (une organisation journalistique au dîner de laquelle assiste le Président des États-Unis), dimanche 13 mars, pour tenter de faire taire les rumeurs circulant depuis son élection à propos de son pays de naissance: oui, il est né aux Etats-Unis. Et le président des Etats-Unis l'a fait en musique, en faisant débuter son intervention par la célèbre chanson composée par Bruce Springsteen, Born in the USA, comme le raconte The Guardian.

Le président américain est également revenu sur ses relations avec les médias, déclarant qu'il «aimait la presse» et qu'il s'était même «assis pour une entrevue avec Bill O'Reilly», journaliste conservateur de la chaîne Fox. Le ton était définitivement à l'humour, puisqu'il a ajouté: «C'était un changement de rythme, —je n'ai pas souvent la chance de me trouver dans une pièce avec quelqu'un dont l'égo est supérieur au mien», cite ainsi le New York Times. Tous les présidents américains se sont soumis à un moment où un autre de leur mandat à cette auto-dérision et aux railleries des membres du Club (65 membres actifs).

Bruce Springsteen a toujours soutenu Barack Obama (et les démocrates d'une manière générale), de la tournée Vote For Change pour John Kerry et John Edwards en 2004 à l'avant-dernier meeting de campagne d'Obama, ou à la célébration inaugurale après son élection, au cours de laquelle il joua The Rising (de l'album éponyme), accompagné d'un chœur gospel féminin.

Ce n'était pas la première utilisation politique de la chanson Born in the USA, sortie en 1984. Elle a en effet été régulièrement utilisée comme artifice politique, notamment de manière détournée et incomprise par Ronald Reagan lors de la campagne pour sa réélection. Il avait parlé de Springsteen comme un patriote, n'ayant sans doute pas écouté toutes les paroles de la chanson. Celles-ci avaient alors été comprises comme patriotiques, à une époque durant laquelle les États-Unis tentaient de sortir d'une crise politique forte (scandale du Watergate et guerre du Vietnam) et les candidats cherchaient à conquérir un public jeune en adoptant —ou en tentant d'adopter— leurs valeurs.

Photo: When Obama Wins / pepperlime via Flickr, CC-Licence-by

Slate.fr
Slate.fr (9125 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte