Monde

Ce n'est pas la Première Guerre mondiale qui a rendu Hitler antisémite

Slate.fr, mis à jour le 14.03.2011 à 10 h 57

La Première Guerre mondiale a-t-elle été une expérience essentielle dans le parcours d'Adolf Hitler? Relayant les travaux de l'historien Thomas Weber, professeur à l'université d'Aberdeen (Ecosse) et auteur d'un récent ouvrage sur le sujet qui vient d'être publié outre-Rhin, Der Spiegel répond cette semaine par la négative. «Une théorie répandue veut que les expériences vécues par Hitler pendant la Première Guerre mondiale l'aient radicalisé et orienté sur le chemin qui allait faire de lui un antisémite engagé et impitoyable», rappelle le magazine, citant notamment la phrase de l'historien Richard Overy: «La guerre a fait Hitler comme la révolution a fait Staline.»

Or, Thomas Weber a examiné des documents dans les archives de la région de Bavière sur la Première Guerre mondiale du futur Führer et en conclut par exemple «que l'unité dans laquelle il a servi n'était en aucune manière annonciatrice du parti nazi, comme certains l'ont affirmé» car «seulement 2% des soldats de cette unité ont rejoint plus tard le parti». Il affirme aussi que Hitler n'a jamais été le «soldat de première ligne» que la propagande a fait de lui mais a «passé pratiquement les quatre ans de la guerre quelques kilomètres derrière la ligne de front et donc souvent en dehors des zones les plus dangereuses», en tant que messager notamment. Enfin, selon lui, à son retour de la guerre, le jeune soldat était «confus» et son identité politique «aurait encore pu se développer dans des directions différentes».

Un mythe utilisé par le parti nazi

Fin février, le History News Network de la George Mason University (Virginie) relayait d'autres révélations du livre:

«Hitler était un solitaire, parfois ridiculisé et qui n'a jamais fait preuve de qualités de commandement [...] et n'a jamais eu autorité sur aucun autre homme pendant quatre ans de service. Il n'y a pas de preuve qu'il partageait des sentiments antisémites ou antibolchéviques avec ses camarades, et d'ailleurs il a servi la république des conseils de Munich après la guerre, avant d'embrasser le fascisme. [...] Le parti nazi a supprimé des archives de guerre qui faisaient d'Hitler autre chose qu'un soldat héroïque.»

En août dernier, Thomas Weber avait fait part de ses premières découvertes à BBC News à l'occasion de la sortie britannique de son livre, en affirmant avoir découvert 70% d'informations jusqu'ici inutilisées:

«Je n'avais jamais pensé que j'écrirais sur Hitler car tellement de livres ont été écrits sur sa vie. Mais à peu près tout ce qu'on sait est basé sur Mein Kampf ou la propagande nazie. [...] Le mythe d'Hitler comme soldat courageux ayant connu la camaraderie des tranchées a été utilisé dès le début par le parti nazi dans le but d'élargir son audience au-delà de l'extrême-droite.»

Photo: la statue de cire d'Hitler au musée Madame Tussaud de Berlin. REUTERS/Tobias Schwarz.

Slate.fr
Slate.fr (9125 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte