Monde

Deux nouvelles explosions à la centrale de Fukushima

Slate.fr, mis à jour le 14.03.2011 à 8 h 28

  • Le bilan pour la seule préfecture de Miyagi pourrait s’élever à 10.000 morts
  • Le système de refroidissement d’un 2e réacteur tombe en panne
  • Le nombre de sauveteurs doublé à 100.000
  • Le Premier ministre japonais parle de la «pire crise» dans le pays depuis la Seconde guerre mondiale»
  • Des millions de personnes sans électricité ni eau potable
  • Revivez les évènements de la journée de samedi

» A regarder, notre portfolio des premières images


- Lundi 14 mars -

07H00  [BusinessWeek] Deux nouvelles explosions à l'hydrogène se sont produites lundi vers midi, heure locale, 3 heures du matin, heure française, dans le batiment du réacteur 3 de la centrale nucléaire de Fukushima. En cause: la difficulté de refroidissement des réacteurs.

Selon le propriétaire de la centrale nucléaire, Tokyo Electric Power (Tepco), cité par l'agence de presse Jiji, l'explosion de lundi n'a pas endommagé le caisson renfermant le coeur du réacteur n°3. Le secrétaire général du gouvernement, Yukio Edano, a pour sa part assuré que cette nouvelle explosion ne devrait pas provoquer une fuite radioactive majeure.

Les autorités locales ont toutefois conseillé aux personnes se trouvant encore dans un rayon de 20km autour de la centrale nucléaire de rester confinées chez elles. Selon Jiji, sept personnes, dont six soldats, sont portées disparues à la suite de l'explosion.

Par ailleurs, le circuit de refroidissement du réacteur 2 de la centrale nucléaire de Fukushima est à son tour en panne. C'est une panne identique qui a entrainé les explosions dans les bâtiments abritant les réacteurs 1 et 3.

02H37 [Bloomberg] La Banque du Japon injecte 12 mille milliards de yens soit environ 105 milliards d'euros dans l'économie,  la plus importante opération de ce type de son histoire. Ces liquidités doivent permettre d'éviter toute défaillance du système bancaire japonais et de soutenir les marchés financiers. «Nous prenons toutes les mesures possibles, dont l'apport de liquidités, pour assurer la stabilité des marchés financiers et faciliter les opérations», a déclaré un porte-parole de la banque centrale nippone.

Le coût de la catastrophe pourrait s'élever pour les assurances à près de 30 milliards d'euros, selon une estimation initiale publiée dimanche 13 mars par AIR Worldwide, spécialiste de l'évaluation du risque.

La Bourse de Tokyo était en forte baisse d'environ 5% lundi 14 mars pour la première séance après le séisme, tandis que le yen montait, les Japonais rapatriant des fonds pour financer les opérations de reconstruction qui vont être nécessaires après le séisme.

- Dimanche 13 mars -

18h35 [US Geological Survey] Le séisme a fait bouger l’île principale du pays de 2,4 mètres, selon l’US Geological Survey. Le séisme et le déplacement tectonique qu’il a engendré a été causé par les mouvements à l’endroit où les plaques pacifique et nord-américaine.

17h38 [Reuters] Le risque sanitaire lié à une éventuelle catastrophe nucléaire est faible et le vent devrait emporter toute irradiation vers l’océan Pacifique sans représenter de danger pour d’autres pays, selon des experts cités par Reuters.

Malcom Crick, secrétaire du comité scientifique de l’ONU sur les effets de l’irradiation atomique, a déclaré:

«Il n’y a pas de gros problème de santé publique pour le moment. Il ne se passera rien de comparable à Tchernobyl, où le réacteur opérait à pleine puissance quand il a explosé et il n’y avait pas de confinement.»

16h49 [BFM TV] Ci-dessous, de nouvelles images impressionnantes de la ville portuaire de Myako submergée par une vague de quatre mètres, et qui permettent de se rendre compte de la violence du raz-de-marée.

15h29 [AFP via Le Figaro] L'Agence météorologique japonaise a fait part d’un risque élevé de réplique de magnitude 7 ou plus jusqu'au mercredi 16 mars au matin, évaluant sa probabilité à 70%. La probabilité descendra ensuite à 50% du 16 au 18 mars.

L'ambassade conseille aux Français de quitter la région du Kanto

[13h15] L’ambassade de France conseille aux Français «qui n’ont pas une raison particulière de rester sur la région de Tokyo» de «s’éloigner pour quelques jours» compte tenu de l’incertitude nucléaire. Le message ci-dessous a été envoyé par l’ambassade de France au Japon à 18h heure locale dimanche 13 mars :

«Madame, Monsieur,

Compte tenu du risque d'un fort tremblement de terre et de l'incertitude sur la question nucléaire (voir ci-dessous), il parait raisonnable pour l'Ambassade de France au Japon de conseiller a ceux qui n'ont pas une raison particuliere de rester sur la région de Tokyo de s'éloigner de la région du Kanto pour quelques jours.

 Vous êtes nombreux a m'avoir appelé pour m'interroger sur la démarche à suivre. Je vous conseille de vous référer a la recommandation de l'Ambassade, par principe de précaution, en particulier pour les femmes enceintes et les enfants en bas age. Des sociétés françaises ont déjà regroupé des familles hors du Kanto, les salariés eux-meme restant à Tokyo, mais il s'agit uniquement de mesures de précaution qui dépendent de ces société.

 Je vous indique par ailleurs que le lycée sera maintenant fermé 3 jours, jusqu'a mercredi inclus, pour permettre une inspection des locaux suite au tremblement de terre.»

12h20 [BBC] Dans la vidéo ci-dessous, le directeur de l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA) fait un point sur la situation des réacteurs nucléaires qui inquiètent le Japon, et confirme que les containeurs en acier qui les protègent n’ont pas été endommagés.

11h21 [US Geological Survey] Il y a eu plus de 250 répliques du séisme en trois jours, dont 30 ont dépassé une magnitude de 6 sur l’échelle de Richter.

Le niveau d'irradiation dépasse la limite légale

10h51 [Guardian] Le Japon tente de contenir le risque de catastrophe nucléaire. Les autorités viennent d’annoncer que le systèmes de refroidissement d’un deuxième réacteur de la centrale de Fukushima est tombé en panne, faisant à nouveau craindre un accident nucléaire sérieux. Les autorités affirment que le niveau de radioactivité autour de la centrale ne pose actuellement pas de dangers pour l’Homme, mais des centres de dépistage ont été mis sur pied pour les habitants inquiets.

Tokyo Electric Power a qualifié la situation d’urgente, et a annoncé que les niveaux d’irradiation ont dépassé la limite légale dimanche matin à plus de 800 microsievert (la limite est à 500).

10h30 [NHK et Kyodo via Le Figaro] Selon la télévision publique japonaise NHK, qui cite les autorités, le bilan du séisme pourrait atteindre les 10.000 morts. L’agence de presse Kyodo fait pour l’instant état de 1.800 victimes.  

10h23 [ABC News] ABC News propose une série de photos aériennes interactives impressionnantes qui permettent de voir avec précision les dégâts causés par le tsunami. Il suffit de passer la souris au dessus d’une photo de paysage aérien pour voir le même paysage après le passage du raz-de-marée.

Le sens du vent surveillé de près

9h57 [Reuters] Le vent au dessus de la centrale endommagée Fukushima Daiichi va continuer de venir du sud, faisant des habitants au nord du complexe les premières victimes potentielles de radiation, ont annoncé les services météorologiques japonais. La centrale se situe à 240 km au nord de Tokyo. La direction du vent est un facteur essentiel pour estimer les éventuels dégâts sur l’environnement de la fuite de radiation qui s’est produite à la centrale. La Corée du Sud, qui se situe à l’ouest du Japon, a pour le moment été épargnée par le risque de radiation, tandis que les autorité chinoises ont commencé à surveiller les possibles radiations venues du Japon.

- Samedi 12 mars -

Le jour d'après

[New York Times, Los Angeles Times] Alors que le Japon est à la recherche des survivants du violent séisme du vendredi 11 mars et du tsunami qui s’en est suivi, les autorités estimaient samedi 12 mars que le bilan total pourrait atteindre 1.300 morts, selon le New York Times. Pour le Los Angeles Times, le bilan pourrait même atteindre 1.700 morts. La plupart des victimes sont mortes noyées dans les villes côtières du nord du pays, qui ont été touchées par un mur d’eau quelques minutes après le tremblement de terre. 200 à 300 corps ont été retrouvés dans la ville portuaire de Sendaï, la ville la plus proche de l’épicentre du séisme.

L’armée japonaise aurait également découvert 400 corps à Rikuzenkata, une ville côtière de la préfecture d’Iwate. Les routes étaient toujours bloquées samedi, compliquant le travail des équipes de recherche et de sauvetage. Les normes parasismiques strictes du pays ont sans doute sauvé des milliers de morts. Selon les sismologues, le séisme a relâché 1.000 fois plus d’énergie que le tremblement de terre d’Haïti en 2010.

Explosion dans une centrale nucléaire

[New York Times, CNN, Washington Post] Samedi 12 mars dans l’après-midi, une explosion près d’un réacteur nucléaire endommagé par le séisme a fait craindre le pire, et a détruit le bâtiment de béton l’entourant. Les autorités ont étendu le périmètre d’évacuation autour de la centrale nucléaire de Fukushima Daiichi à 20 km à cause de la fuite radioactive, rapporte le New York Times. Si la structure en béton entourant le réacteur a été détruite, les autorités affirment que le containeur en acier du réacteur est resté intact. L’explosion dans cette centrale qui se situe au nord de Tokyo a été causée par une accumulation de pression dans le système de pompage, selon CNN.

De l’eau de mer va maintenant être pompée dans le réacteur vieux de 40 ans pour essayer de le refroidir, une procédure qui pourrait «empêcher le pire» selon un porte-parole de Tokyo Electric Power. Avant l’explosion, les autorités avaient annoncé qu’une fusion du cœur était possible à la centrale, et que des niveaux de caesium et d’iode radioactif avaient été détectées, rapporte le Washington Post. Quatre autres réacteurs dans deux centrales nucléaires ont été endommagé par le séisme, et 11 des 55 centrales du Japon ont cessé de fonctionner.

Slate.fr
Slate.fr (9125 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte