Monde

Un site de rencontres sud-coréen «marie» Kim Jong-un

Slate.fr, mis à jour le 11.03.2011 à 15 h 33

Quatre femmes sud-coréennes inscrites sur un site de rencontres se sont vues récemment proposer comme profil d’homme compatible un drôle de choix: Kim Jong-un, fils de Kim Jong-il et futur leader de la Corée du nord. Couple.net a en effet choisi de créer un faux profil au nom du jeune homme en guise d’idée promotionnelle en vue du «White Day», une fête prévue le 14 mars où les hommes sud-coréens offrent des sucreries aux femmes qui leur ont, elles, donné des chocolats pour la Saint-Valentin.

Les quatre femmes ont été choisies par le site parmi 36 profils sélectionnés par un algorithme. Le New York Times les a retrouvées et les a interrogées, celle qui avait le plus fort taux de compatibilité refusant de répondre. Kim, une jeune femme de Séoul qui a passé son adolescence aux Etats-Unis, explique ainsi:

«Je me suis senti flattée d’avoir été sélectionnée. Je me suis dit: “Cool. Cela veut dire que tu fais partie de l’élite.” S’il était sud-coréen, il ferait partie des 1% d’hommes les plus convoités.»

Une autre jeune femme, qui enseigne les arts plastiques, explique:

«J’ai entendu que Kim Jong-il est vraiment intéressé par les arts et le théâtre, et en partant du principe que Kim Jong-un a hérité de cet intérêt, en tant que professeur d’arts plastiques je partagerais une passion avec lui. Néanmoins, j’ai vu que les médias le dépeignaient comme quelqu’un d’hostile et radical, et cet aspect-là ne m’attire pas.»

Beau parti

Pour arriver à «marier» les profils, grâce à ce qu’il appelle «l’indice âme soeur», Couple.net analyse les professions de ses clients, leur éducation, la fortune de leur famille, l’éducation de leurs parents... «A la fin, il a attribué un score de 89 points à M. Kim, ce qui le classerait dans les 2% de célibataires les plus désirables de Corée du Sud. En d’autres termes, le jeune général est un vrai beau parti», explique le New York Times.

Un beau parti, peut-être, mais en tout cas environné de mystère, au point que l’on ne sait pas si sa date de naissance est le 8 janvier 1982 ou 1983. En octobre dernier, nous relayions ainsi des interrogations du Spiegel sur une photo supposée de Kim Jong-un lors de sa cérémonie d’intronisation comme général quatre étoiles, en septembre:

«Le journal allemand a interviewé un expert en recherche faciale, le faisant comparer plusieurs photos censées représenter Kim Jong-un dans sa jeunesse, passée en partie dans une école suisse, et la dernière en date du jeune homme en uniforme. D'après l'expert, il y a "une forte probabilité que [ces photos ne montrent pas] la même personne. Soit Kim Jong-un n'est en fait pas le jeune homme parti étudier en Suisse et dont le portrait pris là-bas a été publié partout, soit l'homme joufflu qui vient d'être élevé au grade de général quatre étoiles de l'armée nord-coréenne n'est en fait pas Kim Jong-un".»

Fin décembre, nous nous interrogions également sur un mystérieux tableau de propagande d’une galerie de Rajin, censé selon certains représenter Kim Jong-un, ce qui est loin d’être sûr.

Photo: Kim Jong-un, le 11 octobre 2010 à Pyongyang. REUTERS/Kyodo.

Slate.fr
Slate.fr (9125 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte