Monde

Un sénateur américain contre le droit des gays fait son coming out

Temps de lecture : 2 min

Depuis quatorze ans, il votait contre les lois pour les droits des homosexuels. Pourtant, il vient de révéler... qu'il est gay.

Le sénateur californien conservateur Roy Ashton s'était fait repérer à la sortie d'un club gay un soir, avant d'être arrêté pour conduite en état d'ivresse début mars 2011, raconte le Los Angeles Times.

Après la publication de ces informations, il a préféré rester en dehors de la vie publique une semaine, mais il a fini par s'expliquer sur ses orientations sexuelles sur une radio californienne:

«Je suis gay. Voilà les mots que j'ai eu tant de mal à prononcer pendant si longtemps. Mais je suis gay. C'est quelque chose de personnel et... je pensais au fond de moi qu'être gay n'affectait pas –n'affecterait pas– la manière dont je fais mon travail.»

Ce père de famille divorcé a été accusé d'hypocrisie par des militants pour les droits des gays. En 2005, comme la plupart des sénateurs républicains californiens, il avait voté contre une loi autorisant le mariage des personnes du même sexe (sur laquelle le gouverneur Schwarzenneger avait mis son véto).

En 2010, Ashton a également voté contre une proposition d'honorer Harvey Milk, militant pour le droit des gays qui avait été assassiné. Mais pour lui, il n'y a pas de contradiction entre ses positions et son orientation sexuelle.

«[Mon vote] reflète les souhaits des personnes de mon district.»

Roy Ashton ne compte pas se présenter de nouveau après la fin de son mandat, fin 2011.

L'affaire n'est pas sans rappeler l'histoire de Larry Craig, un sénateur américain accusé de chercher un partenaire sexuel dans les toilettes d'un aéroport. Il votait également depuis toujours contre le droit des gays, et continue de nier les rumeurs d'homosexualité qui le poursuivent depuis les années 1980.

Photo: Gayz ino my eyes float in Gay Pride Parade / Derrick Coetzee via Flickr CC License by

Slate.fr

Newsletters

De plus en plus de jeunes filles abandonnent l'école au Cachemire

De plus en plus de jeunes filles abandonnent l'école au Cachemire

Leurs parents veulent les préserver des violences du conflit qui touche la région.

La guerre Iran-Israël n'aura pas lieu (du moins pas tout de suite)

La guerre Iran-Israël n'aura pas lieu (du moins pas tout de suite)

Si l’escalade militaire entre Téhéran et Tel-Aviv sur le théâtre syrien est inédite, les enjeux géopolitiques dans la région réduisent les risques de dérapage en guerre ouverte.

Paris et Ankara dans un bras de fer sur le Kurdistan syrien

Paris et Ankara dans un bras de fer sur le Kurdistan syrien

La tension est montée d’un cran entre Ankara et Paris, à l’ombre du déploiement de forces spéciales françaises dans le Rojava et de l’appui diplomatique peu équivoque au projet d’autonomie territoriale kurde en Syrie.

Newsletters