France

Trois Françaises parmi les 150 femmes qui secouent le monde

Slate.fr, mis à jour le 07.03.2011 à 16 h 02

Deux médias américains, le site Internet The Daily Beast et le magazine Newsweek, viennent de publier leur première liste annuelle des 150 femmes «qui secouent le monde», qu’elles soient des héroïnes locales ou qu’elles occupent certains des postes les plus influents du monde. The Daily Beast présente ainsi la liste:

«Elles sont chef d’Etat ou chef de leur ménage, militantes en colère sur la place de la ville ou iconoclastes rusées dans un village reculé. Avec une nouvelle énergie passionnée, les femmes construisent des écoles, crée des entreprises, combattent la corruption, exploitent les nouvelles technologies ou font tomber les vieux préjugés.»

Une chose est sûre, la liste est bien américaine: plus d’un tiers des femmes (54 pour être précis) sont originaires du pays de l’oncle Sam. En comparaison, la France n’est représentée que par trois femmes: Christine Lagarde, la franco-colombienne Ingrid Betancourt et, plus surprenant, Valérie Boyer.

Qui est Valérie Boyer?

Christine Lagarde,  première femme à être en charge des finances d'un pays du G7, est en effet habituée à recevoir les honneurs des médias étrangers. En novembre 2009, le Financial Times lui décernait la première place de son classement des meilleurs ministres des Finances européens, estimant qu’elle était devenue une «star parmi les décideurs financiers de la planète». La présence d’Ingrid Betancourt, décrite dans la liste comme «l’otage la plus connue du monde», n’est pas surprenante non plus.

Valérie Boyer est en revanche la moins connue des trois Françaises de la liste. Elle est présente pour son combat contre «l’image irréaliste du corps de la femme» donnée dans les médias, comme l’explique la courte description américaine:

«La parlementaire française est à l’origine d’une loi pour alerter les lecteurs des retouches de photos […]. Si son idée radicale a rencontré la résistance du monde de la mode, des dizaines de collègues parlementaires ont rejoint son combat.»

La voici, en mars 2008, derrière Jean-Claude Gaudin (photo: REUTERS/Jean-Paul Pelissier)

Jean-Laurent Cassely expliquait en octobre 2009 la proposition de Valérie Boyer:

«“Photographie retouchée afin de modifier l'apparence corporelle d'une personne”. C'est la mention d'avertissement qui accompagnerait toute photo publiée concernée (en presse comme en publicité) si la proposition de loi de Valérie Boyer, députée UMP des Bouches-du-Rhône, était adoptée.

L'objectif de la députée est de combattre le phénomène inquiétant d'anorexie qui touche des jeunes filles sensibles à la valorisation dans les médias d'une image “irréelle” de la femme: trop mince, trop lisse, trop belle, trop grande... Trop parfaite.»

Photo: Christine Lagarde à la Baule en juin 2009, REUTERS/Stephane Mahe

Slate.fr
Slate.fr (9125 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte