Présidentielle 2012: Quel poids accorder au sondage du Parisien qui place Marine Le Pen au 2e tour?

Marine Le Pen contre Nicolas Sarkozy au deuxième tour de la présidentielle de 2012, c'est ce scénario que propose un sondage paru dans l'édition de ce dimanche 6 mars du Parisien-Aujourd'hui en France.

D'après ce sondage, réalisé par l'institut Harris Interactive pour le Parisien-Aujourd'hui en France, Marine Le Pen arrive en tête des intentions de vote au premier tour avec 23%, devant Nicolas Sarkozy et Martine Aubry (21%). Suivent ensuite François Bayrou (8%) puis Dominique de Villepin et Eva Joly (7%). Olivier Besancenot et Jean-Luc Mélenchon sont chacun crédités de 5% d'intentions de vote.

L'article du Parisien précise que l'enquête a été «réalisée en ligne par l'institut Harris Interactive» sur «1618 individus issus de l'access panel Harris Interactive, représentatifs de la population française», et que la méthode du «redressement» a été utilisée.

Des critères problématiques

Et ces critères nécessitent de mettre un gros bémol au sondage, affirme le blogueur Diegosan, qui les décortique. Voici deux des cinq problèmes qu'ils posent, d'après lui:

1. L'enquête est donc faite en ligne, ce qui pose un problème méthodologique:

«Car aujourd’hui, quoi de plus segmentant que ce critère ? Comment oser prétendre qu’une femme de 75 ans habitant Mouilly-lès-Noyaux et maîtrisant cet outil est ÉQUIVALENTE à sa voisine qui n’a pas Internet ? Utiliser Internet à cet âge avancé témoigne d’un comportement atypique, qui a de fortes chances de se retrouver sur d’autres aspects de la vie et des opinions.»

2. Les sondés sont «issus de l'access panel», soit des gens qui se sont «VOLONTAIREMENT inscrits à un panel pour répondre RÉGULIÈREMENT à des sondages (un coup sur le prix des batavias chez Carrefour, un coup sur Marine Le Pen, un coup sur la taille des fauteuils en 1ere dans le TGV)». Même problème que pour internet: une personne d'une certaine catégorie socio-professionnelle, sexe, âge etc faisant cette démarche ne fonctionne pas comme une autre personne des mêmes catégories mais qui n'a pas fait cette démarche.

Sachant que pour les sondages politiques, un redressement est effectué en fonction du «facteur FN», avec les sondeurs gonflent les scores du FN parce qu'ils prennent en compte les gens qui n'avoueront pas vouloir voter FN, par honte. Diegosan s'interroge donc sur les formules d'Harris Interactive et des autres sondeurs: ont-ils changé leur formule de redressement après l'accession de Marine Le Pen au poste de son père, qui donne un visage plus «acceptable» au vote FN?

Une opération commerciale?

Dans les commentaires du billet de Diegosan, le blogueur Narvic rappelle que les candidats considérés sont aussi importants (pourquoi Martine Aubry plutôt que DSK, Royal ou Hollande par exemple?), et remarque le timing de la sortie du sondage:

«Un sondage au "résultat" choc attendu, commandé par le Parisien, la veille du lancement de la nouvelle formule de son concurrent, le JDD. Tout est dit, il s’agit juste d’une opération commerciale!»

Le sondeur resonde

L'entreprise Harris Interactive même en est à se poser des questions! Comme le rapporte le blog d'Arnaud Leparmentier, journaliste politique au Monde, le sondeur va refaire son sondage, en testant aussi les candidatures de Dominique Strauss-Kahn et de François Hollande, «pour voir si le choix unique de la première secrétaire du parti socialiste influe sur les résultats annonçant pour 2012 un 21 avril». L'enquête doit être faite ce dimanche et demain lundi, mais il n'est pas encore sûr que les résultats soient publiés.

Photo: Marine Le Pen pendant le congrès de Tours, le 16 janvier 2011. REUTERS/Stephane Mahe

A LIRE AUSSI