Économie

Les traders à l'ère de la picoseconde

Temps de lecture : 2 min

Les traders traiteront très prochainement à la picoseconde près les transactions boursières, rapporte Financial News. L'évolution des moyens techniques permet dorénavant le passage à cet autre ordre de grandeur: le milliardième de seconde, après la milliseconde (un millième de seconde, ou «200 fois plus rapide que la vitesse moyenne de la pensée») qui fut longtemps la référence en échanges boursiers.

L'intérêt de cette évolution réside dans le fait que les marchés sont organisés de telle sorte que la compagnie la plus prompte à répondre à une offre sera en tête de file des demandes, et aura la priorité sur les offres.

Déjà abordé ici, le «flash order» («laisser quelques bons clients consulter les ordres sur certains titres une fraction de seconde avant qu'ils soient rendus publics»), même s'il a été interdit par quelques places boursières, connaîtra sans doute un nouvel essor. Il fait partie des techniques de transactions à haute fréquence (HFT), programmes d'achat et de vente ultra-rapides qui permettent de bénéficier d'un avantage non négligeable sur les concurrents.

Photo: La Bourse / besopha via Flickr CC-Licence-by

Newsletters

Le nouveau pouvoir d'attraction de Marseille

Le nouveau pouvoir d'attraction de Marseille

La cité phocéenne accueille chaque année de nouveaux habitants. Mais les premiers à répondre présents ne restent que le temps des vacances.

Ne parlez plus jamais de «pensions alimentaires»

Ne parlez plus jamais de «pensions alimentaires»

«Violences économiques». Le terme est apparu dans les médias en 2018, avec les manifestations des «gilets jaunes». Il désigne un phénomène lié au couple désormais bien connu dont il faut prendre conscience: de même qu'on ne doit pas accepter les...

L'élection de Joe Biden peut rebattre les cartes en Asie-Pacifique

L'élection de Joe Biden peut rebattre les cartes en Asie-Pacifique

S'il réactivait l'accord transpacifique duquel Trump s'était retiré, le futur président des États-Unis troublerait la toute nouvelle plus grande zone de libre-échange au monde.

Newsletters