Partager cet article

Deux nouveaux robots en préparation pour l'armée américaine

Vous souvenez-vous de BigDog (GrosChien), ce chien-robot aux jambes étonnamment humaines? Capable de transporter une charge de 135kg sur une distance de 21km sur terrain plat, et de continuer de bouger même s'il se prenait des coups, il était destiné à aider l'armée dans des opérations de transport diverses (armes, nourriture, etc), tel une sorte de mule militaire.

Ses ingénieurs, de l'entreprise Boston Dynamics, ont reçu l'aval du Defense Advanced Research Project Agency (DARPA, agence pour les projets de recherche avancée de défense, rattachée au ministère de la Défense américain) pour la construction de deux nouveaux robots, Cheetah et Atlas, comme l'annonce le magasine Wired.

Cheetah (Guépard) est, comme son nom l'indique, un robot à la forme féline, doté d'une épine dorsale flexible, d'une tête articulée, et peut-être d'une queue. Courant plus rapidement que le plus rapide des humains, le robot sera capable de zigzaguer et d'effectuer des virages serrés, promet Boston Dynamics. Ils le voient comme un outil de «réponse en cas d'urgence, de lutte armée, d'aide à l'agriculture et au déplacement».

Le second robot développé, Atlas, est censé être le compagnon humanoïde de Cheetah, et ressemble un peu au Terminator modèle T-800 —sans la tête— de la célèbre série de films. Boston Dynamics avait déjà expérimenté la marche robotisée avec leur robot Petman, montré ici en vidéo:

Ce robot avait été fabriqué dans l'unique but de tester les combinaisons de protection chimique de l'armée américaine. Sa forme humanoïde, ses mouvements et sa physiologie permettent de soumettre les combinaisons à un stress proche de celui que pourrait leur imposer un humain, y compris en terme de température, humidité et transpiration. Atlas se forme sur le modèle de Petman, auquel les ingénieurs ont rajouté un torse plus conséquent ainsi que deux bras.

La possibilité de voir ce genre de robots humanoïdes évoluer parmi nous dans les prochaines années exacerbera-t-elle chez les humains le complexe de Frankenstein, cette peur des androïdes décrite dans plusieurs nouvelles d'Isaac Asimov? Espérons que ses constructeurs n'omettent pas de lui inculquer les trois lois de la robotique:

«Un robot ne peut porter atteinte à un être humain, ni exposer un être humain au danger; un robot doit obéir aux ordres donnés par un être humain, sauf en cas de conflit avec la première loi; enfin, un robot doit se protéger tant que cette protection n'entre pas en conflit avec la première et seconde loi»

Photo: Robot baby quilt top / Flickr ChelseaWa, CC-Licence-by

Vous devez être membre de Slate+ et connecté pour pouvoir commenter.
Pour devenir membre ou vous connecter, rendez-vous sur Slate+.
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte