Monde

2011 marque les vingt ans de la chute de l'URSS

Slate.fr, mis à jour le 25.02.2011 à 14 h 09

Cette année 2011 marque les 20 ans de la fin de l'URSS, comme le rappelle le EarthTimes. Engrangées en 1985 avec l'élection de Mikhaïl Gorbatchev au poste de secrétaire général du Parti communiste de l'Union Soviétique (PCUS), les réformes appliquées à l'URSS, censées rendre le système soviétique plus efficient, vont finalement mener l'Union à sa perte et son implosion en 1991, après moult protestations se terminant parfois dans le sang et de multiples déclarations d'indépendance lancées par les républiques soviétiques. Si l'anniversaire se fêtera à partir du 19 août, date à laquelle a été signé le traité d'assouplissement des frontières fédérales, et jusqu'au 8 décembre (date qui marque l'effondrement effectif de l'URSS), ce début d'année est l'occasion de revenir sur 20 ans d'évolution dans les républiques russes.

La Lituanie, indépendante depuis août 1991, a déjà lancé les commémorations avec force discours et cérémonies, mais peu de choses ont finalement changé dans les républiques: même si elles ne sont plus soumises à l'autorité moscovite, la politique de «glasnost» (transparence) et «perestroïka» (restructuration) n'a clairement pas essaimé, que ce soit en Ouzbékistan, Turkménistan, Tajikistan ou Kazakhstan. Seule l'Ukraine a connu en 2004 sa «révolution orange», peut-être aidée par la révolution des roses géorgienne, après plusieurs années mouvementées marquées toutefois par une économie bien portante. Les séparatistes de deux régions de la Géorgie, l'Abkhazie et l'Ossétie du Sud, avaient commencé à expulser des Géorgiens en 1992-1993, cherchant elles aussi à gagner leur indépendance, qu'elles obtinrent finalement en 2008 au terme d'affrontements entre la Géorgie et la Russie. Quant à la Communauté des États Indépendants, créée par les présidents de la Russie, de l'Ukraine et de la Biélorussie en décembre 1991, elle n'a pas obtenu la reconnaissance politique souhaitée.

Vinngt ans après la chute de l'URSS, on trouve encore dans les rues de Moscou des monuments, cafés aux décors soviétiques, et magasins de souvenirs vendant t-shirts et casquettes portant l'étoile rouge. Le souvenir de la stabilité et du calme général l'emportent chez les jeunes Russes, obscurcissant les longues files d'attente et les pénuries.

Slate.fr
Slate.fr (9125 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte