France

Patrick Ollier accuse l'Internet

Temps de lecture : 2 min

Invité du 19h de Public Sénat le 23 février, le ministre chargé des Relations avec le Parlement a tenté de répondre aux attaques dont il est l'objet. Mis en cause avec sa compagne Michèle Alliot-Marie pour ses vacances en Tunisie, Patrick Ollier a tenu à vilipender la toile. Il se dit touché par les événements et le traitement médiatique subi.

Ollier a dénoncé des «contre-vérités» et versé dans le pathos en déclarant:

«Pensez-vous qu'on puisse passer à travers cela sans douleur? Nous avons un cœur qui bat dans notre poitrine, comme vous.»

Ollier a ensuite concentré ses forces sur les sites Internet accusés de chercher leurs informations «dans les caniveaux».

L'ancien président du groupe d'amitié parlementaire franco-libyen de l'Assemblée nationale a notamment condamné les dérives du colonel Kadhafi rappelant qu'il n'était pas un proche:

«Je n'ai pas eu moi-même une grande proximité. Ce n'est pas parce qu'on rencontre quelqu'un 3 ou 4 fois qu'on connaît quelqu'un, faut arrêter avec ça. Regretter non. Je l'ai fait dans l'intérêt général.»

Jugeant la situation actuelle en Libye, il a ajouté: «On a la preuve qu'il [Kadhafi] est entré dans un délire meurtrier et scandaleux.»

Photo: Patrick Ollier / via Wikimedia Commons

Slate.fr

Newsletters

Site classé

Site classé

Jacques Chirac, l'homme qui n'assumait pas d'être de droite

Jacques Chirac, l'homme qui n'assumait pas d'être de droite

On a voulu faire passer l'ancien président pour un radical de Corrèze mais son inconscient est de droite. Pour le meilleur et pour le pire.

Le jour où j'ai voté Chirac

Le jour où j'ai voté Chirac

Journalistes et contributeurs de Slate.fr se souviennent du 21 avril 2002 et du second tour pas tout à fait comme les autres de l'élection présidentielle.

Newsletters