France

DSK, le «DSK péruvien» et la «vieille garde»

Slate.fr, mis à jour le 24.02.2011 à 11 h 04

«DSK, PPK, WTF»: sous ce titre tout en sigles, Felix Salmon, l’un des blogueurs économiques américains les plus connus, consacre une note très critique à Dominique Strauss-Kahn (DSK), qu’il compare à un autre candidat à la présidence, celle du Pérou, Pedro Pablo Kuczynski (PPK):

«Ils ont bien plus en commun que le fait qu’on se réfère à eux par leurs initiales —ils représentent la vieille garde, l’élite bien éduquée, l’ancien régime dans un monde où de tels régimes sont en train de s’effondrer.»

Salmon décrit en quelques phrases Pedro Pablo Kuczynski, «personnage véritablement cosmopolite qui a passé la majorité de sa vie à parcourir le globe pour des banques d’investissement de Wall Street, dont la First Boston, qu’il a présidée durant dix ans». Avant d’ajouter:

«PPK est un homme du passé, un bûcheur qui est plus intéressé par le fait de mettre en application des politiques que d’exercer un véritable leadership. DSK n’est pas très différent: les deux sont d’anciens ministres de l’Economie naturellement à l’aise dans les cercles les plus étroits de Washington, et qui peuvent parler pendant des heures des déséquilibres macroéconomiques ou des réponses coordonnées aux risques systémiques. Les deux, aussi, en ce qui concerne la crise financière, ont davantage contribué au problème qu’à la solution. La France et le Pérou méritent des présidents-leaders, quelqu’un de moins lugubre et de plus vif, des créateurs du XXIe siècle plus que des survivants du XXe.»

En juillet 2007, au moment où s’amorçait la nomination de Dominique Strauss-Kahn à la présidence du FMI, Felix Salmon écrivait: «Un point en sa faveur: il a complètement échoué dans sa tentative de devenir président en France, donc il ne nous fera pas une Horst Köhler en démissionnant pour devenir président de son pays.»

Au début du mois, le blogueur reconnaissait son erreur au vu de la probable candidature de DSK, et ajoutait: «Si cela se produit, les Européens semblent vraiment ne pas faire un très bon usage du poste: et Köhler et Strauss-Kahn le considèrent clairement inférieur à la présidence de leur pays, alors que Rodrigo Rato, qui a occupé le poste brièvement entre eux deux, a démissionné pour de mystérieuses “raisons personnelles”.»

Photo: Dominique Strauss Kahn. World Economic Forum via Flickr CC License by.

Slate.fr
Slate.fr (9125 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte