Monde

Vancouver, ville la plus vivable au monde

Temps de lecture : 2 min

Vous cherchez une ville agréable pour vivre? Selon un classement annuel (payant) des villes les plus vivables du monde élaboré par l’Economist Intelligence Unit, société de recherche qui fait partie du même groupe que le magazine éponyme, et relayé par Reuters, vous devriez vous tourner vers l’Australie ou le Canada.

Pour la cinquième année consécutive, Vancouver —à laquelle nous avions consacrée une série de cinq articles à l'occasion des JO d'hiver 2010— se classe en tête, avec «un score de 98% sur une échelle combinant stabilité, santé, culture, culture, environnement, éducation et infrastructures».

Melbourne se classe second devant Vienne, et on retrouve deux autres villes canadiennes (Toronto et Calgary) et trois australiennes (Sydney, Perth et Adelaide) dans les dix premières. Paris est bien classé, en 16e position: Londres est 53e, Pékin 72e et la première ville américaine, Pittsburgh, 29e.

La ville la plus mal classée est Harare (Zimbabwe), quatre places derrière Alger.

Jon Copestake, qui a coordonné le rapport, en a expliqué la principale clef d’analyse dans un communiqué:

«Les villes de taille moyenne situées dans des pays développés avec une densité de population relativement basse tendent à réaliser de bons scores car elles ont tout ce qu’il faut en matière d’offre culturelle et d’infrastructure, et moins de problèmes de congestion et de criminalité.»

Photo: une vue de Vancouver. Joe Mabel via Flickr CC License by.

Newsletters

Privée de dollars, l'Argentine parie sur les cryptomonnaies

Privée de dollars, l'Argentine parie sur les cryptomonnaies

La capitale Buenos Aires serait la deuxième ville la plus crypto-friendly au monde.

Des hackers révèlent les données personnelles d'un millier d'officiers biélorusses

Des hackers révèlent les données personnelles d'un millier d'officiers biélorusses

Les militant·es anti-Lukashenko estiment que les forces de l'ordre ne doivent plus être anonymes.

Ces personnes blanches qui se prétendent noires (ou la tentation d'être l'opprimé)

Ces personnes blanches qui se prétendent noires (ou la tentation d'être l'opprimé)

L'histoire d'une professeure américaine blanche qui a fait semblant d'être noire pendant des années révèle les écueils d'un certain identitarisme.

Newsletters