Monde

L'Américain emprisonné au Pakistan travaillait pour la CIA

Temps de lecture : 2 min

Raymond Davis, un «diplomate» américain de 36 ans, est détenu depuis le 27 janvier pour avoir tué avec un pistolet qu’il portait sur lui deux jeunes motocyclistes qu’il soupçonnait de vouloir le voler. L’affaire, qui envenime les relations entre les Etats-Unis et le Pakistan depuis presque un mois, se rapproche encore un peu plus d’un scénario de film d’espionnage.

Un accord pour ne pas révéler son appartenance

Thee Guardian a fait des révélations qui expliquent pourquoi l’ambassade américaine s’était jusqu’ici montrée peu prolixe sur la fonction exacte de son employé, se contentant de dire que celui-ci fait partie de «l’équipe administrative et technique». Selon le quotidien britannique, le gouvernement américain essayait tout simplement de couvrir le fait que Richard Davis est en fait un agent de la CIA, par peur pour sa sécurité. Le New York Times, le Washington Post et Associated Press, trois grands médias du pays, avaient même accepté de ne pas révéler le nom du vrai employeur de Davis.

Mais après les révélations faites par The Guardian dans son article du dimanche 20 février, les autorités américaines ont reconnu que Davis était non seulement membre de la CIA, mais avait également travaillé pour Xe, l’entreprise de sécurité privée plus connue sous son ancien nom de Blackwater.

Les autorités américaines ont déclaré que Davis était en mission pour assurer la sécurité d’agents de la CIA qui pourchassaient des militants quand l’incident a eu lieu. Les révélations ont un peu plus enragé l’opinion publique pakistanaise. Sur Slate, Françoise Chipaux écrivait déjà le 16 février:

«Au ressentiment très profond de la population pakistanaise contre la politique américaine, lié en particulier aux tirs incessants et meurtriers des avions sans pilote sur les zones tribales, s’ajoute depuis plusieurs mois un ras-le-bol du comportement de beaucoup d’officiels américains qui se conduisent au Pakistan comme en terrain conquis, faisant fi de toute loi.»

L’administration Obama réclame toujours la libération immédiate de son ressortissant, qui est également un ancien membre des forces spéciales américaines. Selon le New York Times, l’arrestation de Davis a «levé le rideau sur un réseau de missions secrètes américaines au Pakistan, qui font partie d’une guerre silencieuse menée par la CIA».

Photo: Une manifestation contre Raymond Davis à Lahore, REUTERS/Mohsin Raza

Slate.fr

Newsletters

Les fausses statistiques de Facebook sur les vidéos ont causé des centaines de licenciements

Les fausses statistiques de Facebook sur les vidéos ont causé des centaines de licenciements

Des journalistes de The Atlantic estiment que plus de 350 journalistes ont perdu leur emploi en partie en raison des statistiques données par Facebook.

Une semaine dans le monde en 7 photos

Une semaine dans le monde en 7 photos

Bébé royal, légalisation du cannabis au Canada et «meurtre de masse» en Crimée... La semaine du 14 octobre en images. 

Au Canada, des milliers d'autochtones n'ont toujours pas l'eau potable chez eux

Au Canada, des milliers d'autochtones n'ont toujours pas l'eau potable chez eux

Pourtant, le Premier ministre Justin Trudeau s'était engagé à résoudre ce problème qui mine les réserves des Premières Nations depuis des années.

Newsletters