Monde

Une petite Egyptienne prénommée Facebook

Temps de lecture : 2 min

Censuré par l'ancien régime d'Hosni Moubarak, Facebook est progressivement devenu l'un des symboles de la révolution égyptienne. Un emblème tellement important que des parents égyptiens en viennent à prénommer leurs enfants du nom de ce réseau social.

Selon un article du quotidien égyptien Al-Ahram rapporté par Techcrunch, un homme égyptien âgé de vingt ans aurait ainsi choisi de nommer sa première fille «Facebook» en hommage au rôle que les réseaux sociaux ont joué dans l'organisation des manifestations place Tahrir, au début de la révolution. Depuis le début de la révolution le 25 janvier dernier, on a pu relever d'innombrables signes de l'attachement du peuple égyptien à Facebook: pancartes de remerciement brandies lors des manifestations, gratitude exprimée par Wal Ghonim (cyber-militant et chef du marketing chez Google, en détention durant douze jours) à l'encontre de Mark Zuckerberg lors d'une interview sur CNN...

C'est d'ailleurs la page Facebook créée par ce jeune cadre de Google qui fut en partie à l'origine du mouvement. Intitulée «We are all Khaled Said» («Nous sommes tous des Khaled Said») en mémoire d'un habitant d'Alexandrie qui aurait été torturé à mort par la police l'été dernier, cette page a servi de plaque tournante logistique pour les cyber-activistes.

5 millions d'Egyptiens sur Facebook

Comme nous vous en parlions en fin de semaine dernière, consciente de l'importance de Facebook et soucieuse de renouer le dialogue avec la jeunesse, l'armée égyptienne –qui gouverne désormais le pays– a annoncé la création de sa propre page sur Facebook. Alors que l'Égypte compte aujourd'hui 5 millions d'utilisateurs sur ce réseau social, 425.000 d'entre eux ont répondu à cet appel en s'abonnant à cette page.

«Internet dans son ensemble devrait remporter le Nobel de la Paix de cette année pour tout ce qu'il a fait pour la démocratie dans la région du Moyent-Orient et d'Afrique du Nord», déclare Alexia Tsotis, journaliste à Techcrunch. Elle prévient néanmoins un brin ironique:

«Ne laissons pas cette mode de dénomination se propager. Je ne voudrais pas que la petite “Facebook” doive partager sa salle de classe avec le jeune “AOL” ou pire encore, un “Yahoo”. Même si, vous reconnaîtrez qu'une jeune fille nommée “Quora”, ça serait plutôt joli.»

Photo: Thank you. Monasosh via Flickr CC License by.

Slate.fr

Newsletters

En Irlande du Nord, une mère emmène son fils se faire tirer dessus

En Irlande du Nord, une mère emmène son fils se faire tirer dessus

Dans les faits, la guerre est finie. Dans les têtes et les réflexes sociétaux, pas encore.

Au Japon, un moine en burn-out porte plainte contre ses employeurs

Au Japon, un moine en burn-out porte plainte contre ses employeurs

Le milieu bouddhiste semble lui aussi touché par le «karoshi», la mort par surmenage, connu pour faire des victimes dans le pays.

Les «hommes caïmans» de Centrafrique nourrissent les fantasmes les plus fous

Les «hommes caïmans» de Centrafrique nourrissent les fantasmes les plus fous

Sur la rivière Oubangui, qui marque la frontière naturelle entre la République centrafricaine et la République démocratique du Congo, ceux qui s’apparentent à des pêcheurs trompent le regard des badauds venus se désaltérer dans les bars du...

Newsletters