Monde

L'état d'urgence humanitaire sert à contourner le droit

Slate.fr, mis à jour le 16.02.2011 à 21 h 58

Plus de 5.200 migrants tunisiens auraient accosté à Lampedusa depuis la mi-janvier selon les autorités italiennes. Alors que l'État italien a décrété «l'état d'urgence humanitaire», cette expression dissimulerait en réalité un contournement du «droit européen» selon Youphil*.

Interrogé par Youphil, Claire Rodier, juriste au Gisti, affirme:

«L'état d'urgence humanitaire est un terme inventé par l'Italie (…) qui ne correspond à rien en droit international et qui n'est pas non plus une notion juridique en Italie.»

Cette expression employée par le ministre italien de l'Intérieur, Roberto Maroni, autoriserait en fait la prise de «mesures exceptionnelle comme l'enfermement des migrants».

L'état d'urgence humanitaire permet ainsi de s'affranchir  d'une partie des procédures légales qu'elles soient locales ou européennes et «d'accorder plus d'autonomie aux responsables locaux».

Photo: Arrivée de d'immigrants à Lampedusa / Noborder netword via Flickr CC License by

* (Fondé par Jean-Marie Colombani, également cofondateur de Slate.)

Slate.fr
Slate.fr (9124 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte