Monde

Bernard Madoff se confie

Slate.fr, mis à jour le 16.02.2011 à 17 h 39

Bernard Madoff vient de déclarer que certaines banques avaient été complices de la fraude sans intervenir. Dans une interview accordée au New York Times, la première depuis son arrestation en décembre 2008, le banquier condamné à 150 ans de prison rappelle que les institutions se sont comportées de manière suspecte.

«Ils savaient que quelque chose ne tournait pas rond mais ils ont décidé d'adopter une attitude “si vous faites un truc mauvais, nous ne voulons pas le savoir”.»

Bernard Madoff a dit qu'il n'aurait jamais pu imaginer que sa chaîne de Ponzi allait prendre de telles proportions et notamment détruire sa famille —son fils, Mark s'est suicidé le 11 décembre 2010.

Il est «ostensiblement plus maigre dans son uniforme de prison kaki» et maintient qu'à aucun moment, sa famille n'était au courant de ses agissements. Il confie en parallèle que des banques —sans spécifier de noms— et des fonds d'investissement (hedges funds) étaient «complices». Une chose qu'il avait d'abord refusée de confirmer en déclarant haut et fort qu'il avait été la seule personne concernée.

Madoff décrit ensuite sa cellule et sa relation limitée avec l'extérieur. Il présente des excuses à ses victimes en déclarant:

«J'aurais aimé que ces personnes ne perdent pas leur argent, mais c'était un risque qu'elles étaient conscientes de prendre au moment d'investir dans le marché.»

Photo : Bernard Madoff's mugshot / U.S. Department of Justice via Wikimedia

Slate.fr
Slate.fr (9125 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte