Monde

Bernard Madoff se confie

Temps de lecture : 2 min

Bernard Madoff vient de déclarer que certaines banques avaient été complices de la fraude sans intervenir. Dans une interview accordée au New York Times, la première depuis son arrestation en décembre 2008, le banquier condamné à 150 ans de prison rappelle que les institutions se sont comportées de manière suspecte.

«Ils savaient que quelque chose ne tournait pas rond mais ils ont décidé d'adopter une attitude “si vous faites un truc mauvais, nous ne voulons pas le savoir”.»

Bernard Madoff a dit qu'il n'aurait jamais pu imaginer que sa chaîne de Ponzi allait prendre de telles proportions et notamment détruire sa famille —son fils, Mark s'est suicidé le 11 décembre 2010.

Il est «ostensiblement plus maigre dans son uniforme de prison kaki» et maintient qu'à aucun moment, sa famille n'était au courant de ses agissements. Il confie en parallèle que des banques —sans spécifier de noms— et des fonds d'investissement (hedges funds) étaient «complices». Une chose qu'il avait d'abord refusée de confirmer en déclarant haut et fort qu'il avait été la seule personne concernée.

Madoff décrit ensuite sa cellule et sa relation limitée avec l'extérieur. Il présente des excuses à ses victimes en déclarant:

«J'aurais aimé que ces personnes ne perdent pas leur argent, mais c'était un risque qu'elles étaient conscientes de prendre au moment d'investir dans le marché.»

Photo : Bernard Madoff's mugshot / U.S. Department of Justice via Wikimedia

Newsletters

Avec son hommage aux harkis, quels messages Emmanuel Macron envoie-t-il à l'Algérie?

Avec son hommage aux harkis, quels messages Emmanuel Macron envoie-t-il à l'Algérie?

Pour Alger, la demande de pardon du chef de l'État relève du débat franco-français. Mais ses répercussions à moyen terme pourraient être néfastes.

À Helmand en Afghanistan, les barbiers n'ont plus le droit de raser les hommes

À Helmand en Afghanistan, les barbiers n'ont plus le droit de raser les hommes

La musique a également été interdite dans leurs salons par le régime des talibans.

Le mandat de Joe Biden se joue maintenant

Le mandat de Joe Biden se joue maintenant

L'échéance proche des élections de mi-mandat explique le volontarisme du président des États-Unis.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio