Life

Les femmes sont attirées par les hommes qui les ignorent

Slate.fr, mis à jour le 11.02.2011 à 13 h 04

Vous êtes obsédée par ce garçon, alors même qu'il ne répond pas à vos répétitifs pokes sur Facebook? Normal, affirme le Time. D'après une nouvelle étude menée par des chercheurs de Harvard et de la University of Virginia, les femmes préfèrent ceux qui les ignorent à ceux qui leur envoient des messages.

Banalité, lieu commun? Pas vraiment: l'étude vient compliquer des décennies de recherche sur le principe de la réciprocité, d'après lequel les personnes préfèrent ceux qui leur témoignent une attention particulière, explique le magazine américain.  En gros, «si on veut savoir si Sarah aime bien Bob, une bonne façon est de savoir si elle croit que Bob l'aime bien», résument les psychologues Erin Whitchurch, Timothy Wilson and Daniel Gilbert.

Pourtant, une récente étude sur les attractions de type non-romantique  —par exemple si les consommateurs aiment un certain produit— montre qu'il y a un certain plaisir dans l'incertitude aussi. Si par exemple vous découvrez que votre billet de loterie est gagnant, vous serez plus heureux si vous ne savez pas immédiatement combien vous avez gagné que si vous l'apprenez tout de suite.

Erin Whitchurch, Timothy Wilson and Daniel Gilbert ont alors voulu vérifier si ce plaisir de l'incertitude s'appliquait aussi à l'attraction de type romantique. Pour ce faire, relate Livescience, les trois psychologues ont dit à un groupe de 47 étudiantes que des étudiants avaient vu leur profil, ainsi que celui de 15 à 20 autres femmes. Ils ont ensuite montré aux femmes le profil de 4 hommes.

A un groupe d'étudiantes, ils ont dit que c'étaient elles que les hommes préféraient parmi toutes; à un autre que les hommes les trouvaient moyennes. Le dernier groupe a été laissé dans l'incertitude: les chercheurs ont dans ce cas dit aux filles qu'elles pouvaient tout aussi bien être celles que les hommes avaient préférées que celles qu'ils trouvaient moyennes.

Or ce sont justement les femmes du dernier groupe, celles donc qui possédaient le moins d'informations, qui étaient le plus attirées par leur partenaire potentiel. Ces mêmes filles ont également déclaré penser aux hommes plus que les autres. Sans surprise, les femmes du deuxième groupe, celles auxquelles on avait dit que les hommes les trouvaient moyennes, étaient les moins attirées par le rancard potentiel. Quant à celles du premier groupe, elles se situent entre les deux positions, en confirmant le principe de la réciprocité.

Un principe qu'à la lumière de ces résultats les chercheurs suggèrent de qualifier ainsi: une personne peut préférer quelqu'un si elle n'est pas sûre de la réciprocité du sentiment, à condition qu'il y ait une attraction de base envers cette personne.

  Photo: Dettaglio da: Angelo Bronzino, Allegoria del trionfo di Venere, wikimedia.

Slate.fr
Slate.fr (9125 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte