Culture

La thérapie de George VI en danger

Slate.fr, mis à jour le 08.02.2011 à 14 h 17

En Angleterre, la thérapie du langage est menacée par un plan de rigueur. Utilisée par George VI pour surmonter son bégaiement, la méthode décrite dans Le Discours d'un roi, est encore en vigueur aujourd'hui mais menacée par une suppression de certaines subventions.

L'ambivalence de la situation réside dans la réalité des faits: la probable reconnaissance et plusieurs oscars pour le film de Tom Hooper —nommé dans 12 catégories— mais moins de financement pour les practiciens.

Les thérapies du discours et du langage sont confrontées aux coupures budgétaires décidées par le gouvernement de David Cameron qui mettent en péril l'héritage de Lionel Logue, le thérapeute australien —interprété par Geoffrey Rush— qui a soigné le roi tout en lui permettant de s'adresser à une large foule.

Pas étonnant que cette constatation soit donc relayée par son petit-fils, Mark Logue, qui vient de soutenir une campagne, Giving Voice, pour que la baisse des subventions dans le secteur de la santé ne touchent pas excessivement les thérapies du langage.

Depuis la sortie du film, les thérapeutes ont noté une hausse de 30% de fréquentation dans certaines régions. La campagne, menée par le Royal College of Speech and Language Therapists cherche à défendre la profession capable d'aider les gens à surmonter leurs difficultés de communication.

Mark Logue déclare en parlant du film:

«La valeur des thérapies du langage ne pourrait être mieux prouvée. Le gain pour l'économie du pays est immense. En plus d'aider les gens dans leur vie à dépasser les barrières de la communication, c'est un argument supplémentaire pour perpétuer le travail de mon grand-père qui a eu à sauver un roi pour pouvoir continuer d'exercer.»

Le film semble pouvoir considérablement booster la campagne et donner un joli coup de projecteur à la profession. Même si le plan de rigueur décidé par Cameron a déjà touché les thérapeutes.

Selon le Royal College, 84,4% d'entre eux déclarent ressentir la baisse des subventions. Dans un pays où 70% des jeunes délinquants ont un problème de communication qui n'est pas soigné, les thérapeutes veulent notamment dénoncer les difficultés d'accès au traitement qu'entraîneraient les coupures budgétaires.

Photo: Mouth / Perpetualplum via Flickr CC License by

Slate.fr
Slate.fr (9125 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte