Monde

Des photos de Silvio Berlusconi nu?

Slate.fr, mis à jour le 08.02.2011 à 11 h 28

Le paparazzo Fabrizio Corona a déclaré dans Il Milano que des photos du président du Conseil dans le plus simple appareil circuleraient en sous-main. Le photographe, intervenant régulier de la télévision italienne, déclare notamment:

 «A Naples, des émissaires d'un hebdomadaire national sont arrivés pour acheter des photos de Berlusconi appartenant à la pègre.»

Corona a ensuite souligné que ces clichés que la Camorra tentait de vendre étaient retouchées —sans être spécialement obscènes— et que ces tentatives servaient avant tout à faire chanter le clan Berlusconi. Une affaire que le parquet spécialisé dans la lutte contre la mafia napolitaine s'est empressé de suivre. Alors que les déclarations de Fabrizio Corona ont immédiatement été condamnées par les avocats de Silvio Berlusconi.

Depuis, l'agence de photo de Corona a été cambriolée. Son directeur Luca Arnau a expliqué que c'était «probablement un larcin commissionné à la recherche des photos dont on parle tant mais qui ne sont pas dans nos archives». Corona précise:

 «Cette histoire m'a détruit. Depuis qu'on dit que j'ai ses images en ma possession, je ne peux plus vivre.»

Alors qu'Il Fatto Quotidiano a dénoncé l'existence d'un «marché souterrain» de photos de bunga-bunga,  persuadé de pouvoir dénicher des traces du président du Conseil nu, entouré de jeunes filles, les avocats de Berlusconi se sont immédiatement manifestés pour dénoncer une «atteinte à la vie privée».

Niccolo Ghedini et Piero Longo nient l'existence de telles photos:

«Si des images du président Berlusconi dévêtu au milieu de femmes existent, ce sont sans aucun doute les fruits d'un montage ou de manipulations.»

Ces dernières semaines sont apparues comme le moment propice pour négocier les clichés des soirées. Beaucoup de jeunes participantes ont pu accéder à la résidence du Cavaliere et ainsi prendre des images —par téléphone portable notamment— et cherchent maintenant à monnayer leurs souvenirs. Certaines ont déjà réclamé de fortes sommes pour des images totalement inutilisables.

C'est la deuxième fois qu'un photographe italien prend la parole pour affirmer l'existence de photos compromettantes pour Berlusconi. En juillet 2009, Antonello Zappadu affirmait avoir pris 5.000 photos du Cavaliere entre 2007 et 2009, lors des fêtes privées données dans sa villa sarde. Selon la loi, ces photos sont interdites de publication en Italie. Quant à Corona, son nom est lié à de nombreuses enquêtes, chantage et extorsion, concernant des peoples ou des sportifs.

Photo: Berlusconi / Alessio85 via Flickr CC License by

Slate.fr
Slate.fr (9125 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte