Monde

Effacez les publicités de New York

Temps de lecture : 2 min

Morgan Spurlock, le journaliste/réalisateur/acteur/scénariste américain derrière Super Size Me et Where in the world is Osama Bin Laden? vient de se lancer dans un nouveau projet visuel et participatif. Cette fois-ci, pas de film mais un site web, qui ne met en cause ni McDonald, ni la «guerre contre le terrorisme» américaine, mais dénonce un autre phénomène: l'omniprésence de la publicité dans les rues de New York.

Inspiré par Sao Paulo, la ville brésilienne où les publicités en extérieur sont interdites, le réalisateur s'est demandé pourquoi une telle initiative n'était pas appliquée aux Etats-Unis. Pour commencer à imaginer un pays sans pollution visuelle, il s'est allié au Barbarian Group et au logiciel d'édition d'images Aviary pour créer No Ad New York, un site qui permet à l'internaute d'«effacer», une par une, les dizaines de publicités qui envahissent Times Square.

Une très jolie idée avec un problème tout de même: malgré le mini tutorial proposé sur le site, l'édition n'est pas vraiment à la portée des débutants...

Photo: No Ad New York

Slate.fr

Newsletters

En Australie, une loi datant de 1984 autorise les écoles religieuses à virer ou refuser des employés ou des élèves LGBT

En Australie, une loi datant de 1984 autorise les écoles religieuses à virer ou refuser des employés ou des élèves LGBT

Un récent rapport du Gouvernement vise à remettre au goût du jour cet Acte sur la discrimination sexuelle, toujours en vigueur.

De nouvelles publicités pro-Brexit sur Facebook, financées par un mystérieux site d'«informations»

De nouvelles publicités pro-Brexit sur Facebook, financées par un mystérieux site d'«informations»

Ces publicités invitent les utilisateurs à écrire à leurs députés afin de les inciter à rejeter le plan Chequers, qui régule les futures relations entre le Royaume-Uni et l'Union européenne.

Les fausses statistiques de Facebook sur les vidéos ont causé des centaines de licenciements

Les fausses statistiques de Facebook sur les vidéos ont causé des centaines de licenciements

Des journalistes de The Atlantic estiment que plus de 350 journalistes ont perdu leur emploi en partie en raison des statistiques données par Facebook.

Newsletters