Monde

Le patron de la Deutsche Bank veut embaucher des femmes pour faire «joli»

Temps de lecture : 2 min

Alors que le débat sur l'instauration d'un quota légal de femmes au sommet des grandes entreprises bat son plein en Allemagne, le patron de la Deutsche Bank a déclenché une polémique en déclarant qu'augmenter le nombre de femmes au sein de la direction, rendrait sa banque «plus jolie et plus colorée», rapporte Le Point.

Ce combat pour la parité est mené par deux femmes de la CDU : la ministre du Travail, Ursula von der Leyen, et Kristina Schröder, ministre de la Famille. Selon le Figaro, la coalition au pouvoir «est divisée sur l'idée de quotas» puisque l'option aurait été «écartée par la chancelière Angela Merkel». La présidente de l'Union des jeunes entrepreneurs a quant à elle indiqué que cette initiative tenait de «l'économie planifiée», considérant que les «compétences doivent primer et non le sexe».

Dans ce climat plutôt tendu, les propos de Josef Ackermann, président de la première banque allemande, également opposé à l'idée d'une «obligation légale», ont déclenché un tollé. Selon le Point, la ministre des consommateurs Ilse Aigner lui aurait rétorqué: «Ceux qui aiment ce qui fait joli et coloré n'ont qu'à aller se promener dans un champ de fleurs ou au musée.»

Photo: Blonde bombshell, Cassia via Flickr CC License by

Slate.fr

Newsletters

Les fausses statistiques de Facebook sur les vidéos ont causé des centaines de licenciements

Les fausses statistiques de Facebook sur les vidéos ont causé des centaines de licenciements

Des journalistes de The Atlantic estiment que plus de 350 journalistes ont perdu leur emploi en partie en raison des statistiques données par Facebook.

Une semaine dans le monde en 7 photos

Une semaine dans le monde en 7 photos

Bébé royal, légalisation du cannabis au Canada et «meurtre de masse» en Crimée... La semaine du 14 octobre en images. 

Au Canada, des milliers d'autochtones n'ont toujours pas l'eau potable chez eux

Au Canada, des milliers d'autochtones n'ont toujours pas l'eau potable chez eux

Pourtant, le Premier ministre Justin Trudeau s'était engagé à résoudre ce problème qui mine les réserves des Premières Nations depuis des années.

Newsletters