Culture

Un Renoir perdu dans un pari sur le Super Bowl

Slate.fr, mis à jour le 07.02.2011 à 11 h 17

Le Super Bowl américain est toujours l'occasion pour le public de lancer toutes sortes de paris: sur qui gagnera le match ou combien de touchdowns chaque équipe inscrira, bien sûr, mais aussi sur la tenue que les performers de la mi-temps porteront (cette année, la question portait sur le style vestimentaire contestable de la chanteuse des Black Eyed Peas, Fergie).

Quand le foot américain met en jeu la peinture française

Ce dimanche, les Steelers de Pittsburgh jouaient contre les Packers de Green Bay, et les fans de sport n'étaient pas les seuls à se passionner pour le match: le musée Carnegie de Pittsburgh avait parié un Renoir que les Steelers gagneraient ce Super Bowl, un pari relevé par le musée d'art du Milwaukee qui avait misé en retour un rare Caillebotte, rapporte NPR.

Et c'est donc un Renoir de perdu pour Pittsburgh, puisque les Packers ont remporté le Super Bowl 31 à 25. Le musée du Milwaukee a gagné Trois Baigneuses au crabe, décrit par son directeur comme «un Renoir tardif, le Renoir que tout le monde aime – toutes ces jolies demoiselles bien roses».

Le Gustave Caillebotte en jeu était le Périssoires sur l'Yerres, au grand désespoir des employés du musée du Milwaukee, expliquait son directeur:

«Nos conférenciers étaient extrêmement bouleversés. Ils ont dit "Comment est-ce que vous pouvez seulement penser à donner le Caillebotte?". J'ai répondu, "Mais justement – nous n'avons aucunement l'intention de le donner".»

Il n'y aura donc pas de mutinerie dans le Milwaukee grâce à la chance de son directeur, et sa confiance dans les Packers. Mais les conférenciers de Pittsburgh ne seront pas désespérés non plus: il était prévu dès le début que le vainqueur ne garderait l'oeuvre gagnée que trois mois avant de la retourner au perdant.

Mais pourquoi avoir misé deux Impressionnistes français pour le Super Bowl, plutôt que des peintres américains comme un Frederic Remington ou un George Bellows, s'interroge le Seattle Times?

La porte-parole du musée Carnegie de Pittsburgh explique:

«Les deux musées voulaient parier une superbe oeuvre d'art, et quelque chose qui manquerait réellement à leur collection.»

En plus d'une oeuvre qui n'était pas déjà prévue pour une exposition ou un programme éducatif. D'où le Renoir, et le Caillebotte.

Photo: Trois Baigneuses au crabe, par Pierre Auguste Renoir

Slate.fr
Slate.fr (9125 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte