Un archéologue découvre 2.000 sites en Arabie saoudite sur Google Maps

«Indiana Jones, pose ton fouet. De nos jours, pour parcourir le globe à la recherche de sites archéologiques, tout ce dont vous avez besoin, c’est d’un ordinateur de bureau.»

Un éloge de «l’archéologie en fauteuil» signé du New Scientist, qui relate comment un archéologue australien a découvert environ 2.000 sites potentiels en Arabie saoudite, pour moitié des tombes anciennes en pierre, grâce à des images satellite haute résolution disponibles sur Google Earth. Commentaire de David Kennedy, le chercheur responsable de cette trouvaille:

«Je n’ai jamais été en Arabie saoudite. Ce n’est pas le pays le plus facile à explorer.»

L’archéologue a néanmoins dû avoir recours à une intervention humaine, puisqu’il a demandé à un ami sur place de se rendre sur deux des sites afin de les photographier pour vérification:

«Avec seulement Google Earth, il est impossible de savoir si nous avons trouvé une structure bédouine faite il y a 150 ans ou 10.000 ans.»

Une limitation qui amuse Gawker:

«Sérieusement, Google, vous devez travailler là-dessus. Nous le disons officiellement, nous encourageons à fond votre projet actuel consistant à faire que personne n’aura plus besoin de sortir de chez lui, mais quel est l’intérêt si les archéologues ont encore besoin de “vérifier” des choses?»

A l’été 2009, David Kennedy avait cosigné dans la revue Saudi Aramco World un article intitulé «Archéologie de bureau» (dont le graphisme du titre reprenait celui du logo de Google...), où il expliquait comment le moteur de recherche l’aidait dans ses travaux:

«Récemment, les archéologues ont commencé à utiliser les images satellite disponibles publiquement depuis le lancement de Google Earth, en 2005, particulièrement depuis l’incorporation progressive, à partir de 2007, d’images en haute résolution. Grâce à cela, sur certain pays arabes —notamment la Jordanie, la Syrie et le Liban—, la résolution des images disponibles est généralement assez élevée pour mener des études archéologiques fiables.»

Le New Scientist rappelle d’ailleurs que, en 2008, des chercheurs de Melbourne ont trouvé 463 sites potentiels en Afghanistan en utilisant la même technique.

Photo: une vue de l'Arabie saoudite sur Google Maps.

Devenez fan sur , suivez-nous sur
 
LU SUR...
TOPICS
PARTAGER
LISIBILITÉ > taille de la police
SLATE CONSEILLE
Google Maps fait envahir le Costa Rica
Google Maps peut savoir où sont les touristes
À la une de Slate »
LU,VU&ENTENDU
Publié le 04/02/2011
Mis à jour le 04/02/2011 à 11h46