Economie

Les pays stockent de la nourriture par peur des révoltes

Slate.com, mis à jour le 30.01.2011 à 12 h 17

Les gouvernements des pays en développement ont commencé à stocker de la nourriture pour rassurer leurs opinions publiques et éviter les désordres sociaux, avec des conséquences potentiellement désastreuses: ils ont ainsi fait grimper les prix de nombreux aliments de base. Des prix qui étaient déjà élevés, notamment parce que les productions de blé, de sucre et de riz ont été particulièrement touchées cette année, entraînant une explosion des achats à travers le monde, rapporte le Financial Times.

Les manifestants qui ont entraîné la chute de Ben Ali protestaient notamment contre les pénuries de nourriture et les prix trop élevés, en plus de la répression et de la corruption. Les gouvernements autoritaires des pays. Le professeur d’économie Nouriel Roubini, qui avait prédit la crise financière, a déclaré cette semaine au Forum économique mondial de Davos que des prix élevés «entraînent des émeutes, des manifestations et l’instabilité politique». «C’est vraiment quelque chose qui peut faire tomber des régimes, comme nous l’avons vu au Moyen-Orient» a-t-il estimé.

L’Algérie, qui a récemment connu des révoltes liées à la flambée des prix des denrées alimentaires, a acheté 800.000 tonnes de blé cette semaine, tandis que l’Arabie Saoudite a annoncé qu’elle allait doubler ses réserves. Conséquence: le prix du blé est au plus haut depuis deux ans et demi. De la même manière, l’Indonésie a passé commande pour 800.000 tonnes de riz et le Bangladesh a annoncé qu’il allait en acheter deux fois plus que d’habitude. L’Egypte, qui connaît dimanche 30 janvier son 6e jour de manifestations contre le régime du président Moubarak, devrait bientôt suivre et augmenter ses réserves en aliments de base.

La situation va-t-elle empirer? Tout dépend de la production. Les prix n’ont pas encore atteint les niveaux record de 2008, quand l’inflation avait causé une crise des prix alimentaires. Certains économistes estiment que les prix pourraient arrêter de grimper bientôt si les conditions météorologiques s’améliorent et que la production revient à des niveaux habituels. Mais d’autres craignent que de nouveaux pays ne commencent eux-aussi à acheter plus d’aliments de base que ce dont ils ont besoin, surtout si les manifestations égyptiennes durent, rapporte le Telegraph.

Photo: Stock de riz aux Philippines, REUTERS/Romeo Ranoco 

Slate.com
Slate.com (483 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte