Life

Les hommes tolèrent mieux l'infidélité avec une autre femme

Slate.fr, mis à jour le 30.01.2011 à 10 h 29

La moitié des hommes sont prêts à pardonner une infidélité de leur petite amie, du moment qu’ils ont été trompés avec une autre femme, selon une récente étude. Les femmes ont en revanche moins tendance à pardonner une infidélité de leur partenaire masculin avec un autre homme, selon les psychologues de l’université du Texas qui ont mené les travaux.

Les chercheurs ont demandé à 718 étudiants d’imaginer être dans une relation amoureuse de longue durée et leur réaction à plusieurs scénarios. 50% des hommes ont déclaré qu’ils continueraient une relation avec une femme qui a eu un flirt avec une autre femme, alors que seulement 22% ont déclaré pouvoir pardonner une infidélité avec un autre homme.  

Chez les femmes, les résultats sont inversés. 28% d’entre elles ont déclaré qu’elles garderaient leur petit ami s’il les trompait avec une femme, contre seulement 22% si l’infidélité était avec un autre homme.

Jaime Confer, le doctorant en psychologie évolutionniste qui a mené les recherches, conclut que les réactions des participants à l’étude sont avant tout basées sur des instincts basiques de jalousie:

«Un mécanisme robuste de jalousie est activé chez les hommes et les femmes par différents types de signaux, ceux qui menacent la paternité chez les hommes et ceux qui menacent l’abandon chez les femmes.»

Selon les auteurs de l’étude, les hommes se sentent moins menacés par une rivale féminine parce que celle-ci ne peut pas donner d’enfant à leur petite amie, mais également parce qu’ils voient dans une aventure homosexuelle de leur partenaire «une opportunité de s’accoupler avec plus d’une femme en même temps».

Les cas d’infidélité homosexuelle que les chercheurs ont demandé aux volontaires d’imaginer étant très rares, ils ont également interrogé ces derniers sur leurs expériences réelles d’infidélité. Résultat: les hommes tolèrent dans l’ensemble moins l’infidélité que les femmes, et ont plus de chances d’avoir mis fin à des relations amoureuses suite à une infidélité.

L’infidélité est un sujet d’étude dans de nombreuses spécialités scientifiques. En décembre 2010, des chercheurs de la State University of New York avaient trouvé qu’un gène était responsable de notre tendance à l'infidélité ou aux liaisons éphémères. 

Photo: The Seventh Commandment, Pasukaru76 via Flickr CC License By

Slate.fr
Slate.fr (9125 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte