Monde

Julian Assange ne connaît pas Manning

Temps de lecture : 2 min

Le fondateur de WikiLeaks Julian Assange affirme qu’il n’a jamais rencontré ou parlé avec Bradley Manning, le militaire américain accusé d’être à l’origine de la fuite du «Cablegate». Des conversations électroniques entre Manning et le hacker Adrian Lamo publiée par le site Wired suggèrent le contraire.

Il n’empêche, selon des responsables militaires cités par NBC News, la justice américaine n’a jusqu’ici pas réussi à établir un lien définitif entre Assange et Manning, qui est actuellement détenu à la prison militaire de Quantico pour son implication dans la fuite.

Les sources affirment que si les preuves montrent «que Manning a téléchargé de manière supposément illégale des dizaines de milliers de documents sur son propre ordinateur et les a fournis à une personne non-autorisée», il n’y a pas de trace d’interaction avec WikiLeaks ou Assange.

De la même manière, Assange, qui est en liberté surveillée dans un manoir anglais et risque l’extradition vers la Suède, soutient qu’il ne connaît pas la source de la fuite.

«Notre technologie ne fonctionne pas comme cela, notre organisation ne fonctionne pas comme cela, a déclaré Assange. Je n’ai jamais entendu le nom de Bradley Manning avant qu’il apparaisse dans les médias.»

Photo: wikileaks / smemon87 via Flickr CC License by

Lien de Slate.com traduit par Slate.fr

Newsletters

Une semaine dans le monde en 7 photos

Une semaine dans le monde en 7 photos

Attentat terroriste sur le London Bridge, démission du Premier ministre maltais soupçonné d'ingérences dans l'enquête sur le meurtre de la journaliste Daphne Caruana Galizia, manifestations en France contre la réforme des retraites....

Un homme invente une frontière et fait payer des migrants pour la franchir

Un homme invente une frontière et fait payer des migrants pour la franchir

Il avait érigé un faux poste-frontière, en Russie, et faisait croire que la Finlande se trouvait de l'autre côté.

Renvoyer les demandeurs d'asile chez eux est une erreur

Renvoyer les demandeurs d'asile chez eux est une erreur

Rapatrier les réfugiés dans des pays dangereux contrevient au droit international et alimente les conflits, l'instabilité et les crises. Il existe de meilleures alternatives.

Newsletters