Monde

Une manifestation anti-Moubarak en Egypte

Temps de lecture : 2 min

Inspiré par la révolution tunisienne, un mouvement de protestation était organisé mardi 25 janvier en Egypte, où des centaines de manifestants ont défilé dans les rues pour réclamer le départ du président Hosni Moubarak. A l'origine de ce mouvement, notamment, une page Facebook intitulée «We are all Khaled Said» («Nous sommes tous des Khaled Said»), créée en mémoire d'un habitant d'Alexandrie qui aurait été torturé à mort par la police l'été dernier.

Selon la BBC, cette manifestation a été dans l'ensemble pacifique, mais Al Jazeera avance qu'une poignée de protestataires ont grimpé sur des voitures et jeté des pierres sur les forces de l'ordre, pendant que «la police répliquait en utilisant des canons à eau, des gaz lacrymogènes et des matraques pour repousser la foule». Les manifestants, qui portaient des pancartes où on pouvait lire «La Tunisie nous donne la solution» ou «A bas Moubarak», ont défilé jusqu'à la Cour suprême dans le sud de la ville.

Comme la Tunisie, l'Egypte a une population hautement éduquée mais qui souffre d'un fort taux de chômage. Son opposition se divise en revanche sur la question de savoir qui devrait remplacer Hosni Moubarak, qui est au pouvoir depuis 1981. Des élections présidentielles sont prévues pour septembre.

Photo: l'image de profil du groupe Facebook «We are all Khaled Said».

Lien de Slate.com traduit par Slate.fr

Newsletters

Ces Ukrainiens qui vivent dans la peur d'être appelés au combat

Ces Ukrainiens qui vivent dans la peur d'être appelés au combat

Plus de cinq mois après le début de l'invasion russe, il est nécessaire pour Kiev de continuer à recruter des soldats aptes au combat. Mais entre rumeurs et dysfonctionnements, la conscription n'est pas toujours chose aisée.

En Chine, une femme interpellée pour avoir porté un kimono

En Chine, une femme interpellée pour avoir porté un kimono

La police l'a soupçonnée de vouloir «troubler l'ordre public».

Salman Rushdie, symbole des lignes de faille cachées entre Orient et Occident

Salman Rushdie, symbole des lignes de faille cachées entre Orient et Occident

La fatwa lancée contre lui en 1989 a transformé l'auteur en icône culturelle représentant l'importance de la liberté d'expression de l'écrivain.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio