Monde

Une manifestation anti-Moubarak en Egypte

Temps de lecture : 2 min

Inspiré par la révolution tunisienne, un mouvement de protestation était organisé mardi 25 janvier en Egypte, où des centaines de manifestants ont défilé dans les rues pour réclamer le départ du président Hosni Moubarak. A l'origine de ce mouvement, notamment, une page Facebook intitulée «We are all Khaled Said» («Nous sommes tous des Khaled Said»), créée en mémoire d'un habitant d'Alexandrie qui aurait été torturé à mort par la police l'été dernier.

Selon la BBC, cette manifestation a été dans l'ensemble pacifique, mais Al Jazeera avance qu'une poignée de protestataires ont grimpé sur des voitures et jeté des pierres sur les forces de l'ordre, pendant que «la police répliquait en utilisant des canons à eau, des gaz lacrymogènes et des matraques pour repousser la foule». Les manifestants, qui portaient des pancartes où on pouvait lire «La Tunisie nous donne la solution» ou «A bas Moubarak», ont défilé jusqu'à la Cour suprême dans le sud de la ville.

Comme la Tunisie, l'Egypte a une population hautement éduquée mais qui souffre d'un fort taux de chômage. Son opposition se divise en revanche sur la question de savoir qui devrait remplacer Hosni Moubarak, qui est au pouvoir depuis 1981. Des élections présidentielles sont prévues pour septembre.

Photo: l'image de profil du groupe Facebook «We are all Khaled Said».

Lien de Slate.com traduit par Slate.fr

Slate.fr

Newsletters

Les fausses statistiques de Facebook sur les vidéos ont causé des centaines de licenciements

Les fausses statistiques de Facebook sur les vidéos ont causé des centaines de licenciements

Des journalistes de The Atlantic estiment que plus de 350 journalistes ont perdu leur emploi en partie en raison des statistiques données par Facebook.

Une semaine dans le monde en 7 photos

Une semaine dans le monde en 7 photos

Bébé royal, légalisation du cannabis au Canada et «meurtre de masse» en Crimée... La semaine du 14 octobre en images. 

Au Canada, des milliers d'autochtones n'ont toujours pas l'eau potable chez eux

Au Canada, des milliers d'autochtones n'ont toujours pas l'eau potable chez eux

Pourtant, le Premier ministre Justin Trudeau s'était engagé à résoudre ce problème qui mine les réserves des Premières Nations depuis des années.

Newsletters