Économie

Combien ça coûte d'aller à Davos?

Temps de lecture : 2 min

Alors que les puissants se dirigent vers Davos pour le Forum Economique Mondial de 2011, le New York Times a cherché combien les grands cadres d'entreprise devaient payer pour participer au Forum.

En interviewant une douzaine de PDG et d'autres responsables qui font régulièrement leur pélerinage en Suisse, le journal a réussi à réunir toutes les coûteuses étapes pour participer au sommet:

1. Pour aller à Davos, il faut déjà être invité à devenir membre du Forum Economique Mondial. Et devenir membre vous coûtera 50.000 francs suisses (38.850 euros). S'ajoute le prix du ticket pour le sommet, 18.800 francs suisses, pour un total de presque 53.000 euros.

2. Si vous ne voulez pas vous contenter de l'expérience «générique» de Davos mais souhaitez participer aux discussions privées consacrées à chaque domaine industriel, il faudra être membre du forum niveau «associé industrie». Ce qui ramène le total à 156.000 dollars –115.000 euros–, d'après le New York Times.

3. Si vous souhaitez être accompagné, il vous faudra passer à un niveau encore plus élevé (et plus cher) d'adhésion, et payer le prix de leur ticket en sus. Emmener cinq personnes en plus revient à dépenser 622.000 dollars –457.000 euros. Trop cher? Ne regrettez rien, ce niveau est en ce moment de toute façon uniquement ouvert aux entreprises chinoises ou indiennes qui font partie des 250 plus grandes entreprises mondiales.

4. Ces coûts n'incluent ni les frais de voyage jusqu'en Suisse, ni le logement ou la voiture sur place. Ni les dîners et fêtes qu'organisent les entreprises pour leurs clients sur place.

Plus de détails sur les prix de Davos sur le site du New York Times.

Slate.fr

Newsletters

Chez les trentenaires, les hommes empruntent bien plus à leurs parents que les femmes

Chez les trentenaires, les hommes empruntent bien plus à leurs parents que les femmes

Plus les jeunes adultes vieillissent, plus l'écart entre les genres se creuse.

Avec Locatio, le gouvernement va (encore) emmerder les plus pauvres

Avec Locatio, le gouvernement va (encore) emmerder les plus pauvres

Avec cette start-up présentée par Édouard Philippe comme «innovante», l'État veut restaurer la confiance entre locataires et propriétaires. Mais il existait déjà des dispositifs de garantie.

Andrew Yang, le candidat geek qui veut convertir les États-Unis au revenu universel

Andrew Yang, le candidat geek qui veut convertir les États-Unis au revenu universel

Il n’est pas le plus connu des Démocrates qui briguent la présidence, mais le businessman est sans doute le plus original.

Newsletters