Monde

Un écolier norvégien sauvé des loups par le rock

Temps de lecture : 2 min

Un écolier norvégien de 13 ans faisait tranquilement son trajet quotidien école-maison quand il s'est retrouvé face à quatre loups, et a été sauvé de cette rencontre par son groupe de rock préféré...

Comme le raconte le Spiegel, Walter Eikrem marchait depuis l'arrêt de bus jusqu'à la ferme familiale en écoutant de la musique sur son portable, avant d'apercevoir des formes grises sur la pente de la coline qui mène à sa maison. Il pensait avoir à faire aux chiens du voisin, mais ces formes étaient en fait des loups.

Walter a 13 ans donc, mais il est norvégien. Et alors que les parents français rappellent à leurs enfants de ne pas accepter de bonbons d'inconnus, les parents norvégiens leur apprennent en plus à gérer les animaux sauvages: Walter a raconté à un tabloïd national n'avoir pas montré sa peur, et, se souvenant des conseils de ses parents, avoir ôté les écouteurs de son téléphone, mis le volume à fond, et lancé une chanson de heavy metal. Au cas où ça n'aurait pas suffi, il a crié aussi fort que possible tout en agitant ses bras dans tous les sens pour effrayer la meute:

«La pire chose à faire c'est de courir, parce que ça invite les loups à vous courir après. Mais de toute façon j'avais tellement peur que je n'aurais pas pu m'enfuir même si je l'avais voulu.»

Et une chanson –Overcome, du groupe de hard-rock américain Creed– plus tard, il était de nouveau seul, sain et sauf sur le chemin du retour.

«Ils n'ont pas vraiment eu peur, ils se sont juste retournés et sont tranquillement partis en trottant.»

Et le site culturel Flavorwire de conclure:

«Eh bien, rien de surprenant. Est-ce que vous ne vous retourneriez pas avant de partir en trottant dignement si un petit garçon norvégien de 13 ans vous tendait ses écouteurs pleins de Creed à fond la caisse? Les loups. Ils sont comme nous.»

Sa mère, explique le Spiegel, a raconté à un journal local qu'elle devait normalement aller chercher son fils à l'école mais s'était retrouvée en retard en faisant des courses:

«Je me sens tellement coupable, parce que je savais qu'il y avait des loups dans la région. La soirée précédente, nous avions vu trois loups à la lisière de la forêt alors que nous rentrions les chevaux dans leur écurie. Les chevaux étaient paniqués.»

En cas de rencontre avec les loups, regardez ci-dessous la vidéo de la chanson Overcome à hurler tout en battant des bras:

Photo: Wolf / caninest via Flickr CC License By

Slate.fr

Newsletters

En Irlande du Nord, une mère emmène son fils se faire tirer dessus

En Irlande du Nord, une mère emmène son fils se faire tirer dessus

Dans les faits, la guerre est finie. Dans les têtes et les réflexes sociétaux, pas encore.

Au Japon, un moine en burn-out porte plainte contre ses employeurs

Au Japon, un moine en burn-out porte plainte contre ses employeurs

Le milieu bouddhiste semble lui aussi touché par le «karoshi», la mort par surmenage, connu pour faire des victimes dans le pays.

Les «hommes caïmans» de Centrafrique nourrissent les fantasmes les plus fous

Les «hommes caïmans» de Centrafrique nourrissent les fantasmes les plus fous

Sur la rivière Oubangui, qui marque la frontière naturelle entre la République centrafricaine et la République démocratique du Congo, ceux qui s’apparentent à des pêcheurs trompent le regard des badauds venus se désaltérer dans les bars du...

Newsletters