Économie

Les Américains ont passé 34 heures en moyenne dans les embouteillages

Temps de lecture : 2 min

Embouteillage à Beijing Christina Hu / Reuters
Embouteillage à Beijing Christina Hu / Reuters

Les embouteillages coûtent cher à la société, en temps perdu, en stress et maladies, en argent et en pollution. Et laisser des infrastructures routières inadaptées sous prétexte de décourager les conducteurs n'est pas la solution la moins coûteuse à tous points de vue.

Le site américain Wired s'est penché sur le coût des embouteillages aux Etats-Unis. Et même si avec la crise économique, les Américains ont cherché à faire des économies et à moins prendre leur voiture, ils ont tout de même passé en moyenne 34 heures dans les embouteillages en 2009, ce qui leur a coûté directement et toujours en moyenne 808 dollars.

Ces chiffres sont tirés de l'étude annuelle du Texas Transportation Institute. L'organisme a collecté les données de 439 zones urbaines situées aux Etats-Unis. Conclusion: les Américains ont perdu 4,8 milliards d'heures dans les embouteillages en 2009, consommé en pure perte 14,4 milliards de litres d'essence et ont ainsi jeté par les fenêtres de leurs automobiles 115 milliards de dollars si on additionne le coût du carburant, des heures de travail perdues et des retards dans les transports. Et la situation s'est nettement dégradée au cours des dernières années. Les Américains passaient en moyenne 14 heures par an dans les embouteillages en 1982.

Il y a aussi et évidemment une grande inégalité face aux embouteillages selon les villes américains. Les plus mal lotis sont les habitants de Chicago et Washington qui auront passé en moyenne 70 heures dans les embouteillages, plus de deux fois la moyenne nationale.

Les chercheurs texans proposent plusieurs solutions pour réduire les embouteillages qui pourraient aussi s'appliquer en France, notamment dans les grandes agglomérations et en région parisienne.

  • Tout simplement, augmenter la capacité du réseau routier et des transports en commun. Les investissements pourraient paradoxalement permettre à la collectivité de faire des économies et rapidement.
  • Changer les habitudes avec le covoiturage, une modification des horaires de travail
  • Ouvrir des axes payants rapides, des voies spéciales pour le covoiturage et les transports en commun
  • Faciliter et sécuriser la marche, l'utilisation des deux roues
  • Changer d'état d'esprit et considérer que la circulation automobile dans les zones urbaines n'a pas à être forcément une épreuve

D'ici 2030, 60% de la population mondiale vivra dans des villes et aura à sa disposition environ 2 milliards d'automobiles. Cela nécessitera la mise en place de systèmes de transports urbains multimodaux et en aucun cas centrés sur la voiture. Mais il ne sera pas possible pour autant de se passer du transport par routes.

Photo: Embouteillage à Beijing. REUTERS / Christina Hu

Slate.fr

Newsletters

 La gratuité des transports publics à Paris, une mauvaise idée qui peut en faire naître de bonnes

La gratuité des transports publics à Paris, une mauvaise idée qui peut en faire naître de bonnes

En mars, Anne Hidalgo lançait une réflexion sur la gratuité des transports en commun. Son résultat sera connu à la fin de l'année, mais il semble d'ores et déjà qu'il s'agisse d'une fausse piste.

La Chine fait précisément ce que Trump lui a demandé de ne pas faire

La Chine fait précisément ce que Trump lui a demandé de ne pas faire

Certains experts estiment que Pékin pourrait bien laisser décroître encore plus la valeur de sa monnaie par rapport au dollar.

La Thaïlande explose le tourisme mondial (et son écosystème)

La Thaïlande explose le tourisme mondial (et son écosystème)

Le tourisme fait la fortune du pays en même temps qu'il en dévaste la faune et la flore.

Newsletters