Life

Les hommes peuvent être allergiques à leur propre sperme

Slate.fr, mis à jour le 20.01.2011 à 19 h 01

Un homme peut être allergique à son propre sperme. C'est ce qui ressort de deux études relayées par Time. Les individus en question ressentent immédiatement après l'éjaculation des symptômes grippaux.

Ce syndrome, nommé maladie post-orgasmique (POIS) a été déterminé en 2002 mais n'est pas encore entré dans les petits papiers de médecins. La nouveauté des etudes réside donc dans le lien fait entre le sperme des patients et ce syndrome.

L'article de Time indique que des chercheurs néerlandais travaillent sur la reconnaissance de ce diagnostic et tentent de développer les moyens pour soigner ces malades.

Comme on peut s’en douter, les patients atteints de POIS se sentent généralement gênés à l'idée d'en parler. Les symptomes suivants peuvent se manifester:

  • une forte fièvre
  • le nez qui coule
  • des irritations occulaires
  • une fatigue sévère

Intervenant juste après l'éjaculation, ces symptômes peuvent perdurer jusqu'à une semaine. Les deux récentes études publiées dans The Journal Of Sexual Medecine et effectuées sur un échantillon de 45 Néerlandais tendent à prouver que ces effets indésirables sont provoqués par le sperme.

Dans le lot, trente-trois testés ont bien voulu se soumettre ensuite à une expérience: observer la réaction de leur peau au contact de la substance séminale. Les résultats révélent à 88% une allergie.

Marcel Waldinger, professeur à l'Université d'Utrecht interrogé par Reuters, explique:  

«Ils ne se sentaient pas malades quand ils se masturbaient sans éjaculer, mais dès que le liquide séminal intervenait… ils tombaient malades, parfois seulement après quelques minutes»

Marcel Waldinger souligne que les derniers résultats ont permis de prouver que les hommes présentant ces symptômes n'étaient pas sujet à des troubles psychologiques.

La deuxième étude concerne le traitement possible. Les médecins tentent de trouver comment combattre l'allergie. La solution serait de désensibiliser les patients en les exposant progressivement aux élément déclencheurs de la réaction allergique, c'est-à-dire à leur propre sperme. Marcel Waldinger ajoute:

«Le procédé de soins est long. Il est utilisé pour toutes les autres sortes d'allergies et peut prendre parfois cinq ans.»

Photo: Sperm / eyllom via Flickr CC License By

Slate.fr
Slate.fr (9125 articles)
sexespermeSantéremèdemaladie
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte